29 janvier 2009

Elie Baup : "Nous sommes passés à autre chose"

Après une coupure de deux semaines, le FC Nantes retrouvera la compétition avec un difficile déplacement au Mans, samedi (19h), en 22ème journée de Ligue 1. Et si le douloureux souvenir du match aller, perdu 4-1 à la Beaujoire, revient à la mémoire de tous, Elie Baup assure que la situation a bien changé à Nantes. De fait, avec six points d'avance sur le premier reléguable, la formation des rives de l'Erdre respire un peu mieux. Reste à conserver cette marge de manoeuvre, voire mieux... Et cela passera forcément par une bonne prestation au stade Léon Bollée.

Retour au championnat après deux semaines sans compétition...
Elie Baup :
Oui, nous avons eu une coupure indépendante de notre volonté, après notre élimination en Coupe de France. On a essayé de meubler avec plus d'intensité et de concentration à travers ce match amical à Nîmes.
Mais rien ne remplace la compétition. Le Mans est resté dans la dynamique en se qualifiant en Coupe de France. C'est la première différence...

Les obsèques de Clément Pinault, samedi après-midi, peuvent-elles influer sur l'état d'esprit des Manceaux ?
Elie Baup :
Il n'y a pas beaucoup de mots pour ces événements. Cette disparition touche l'ensemble du monde du football. Ca peut donner aux Manceaux l'envie de se surpasser, pour rendre un hommage très fort à un ami.

De votre côté, y a-t-il un sentiment de revanche par rapport au match aller ?
Elie Baup :
Je ne sais pas s'il y aura beaucoup de joueurs de ce match qui commenceront samedi... C'est un match qui marque la saison. Perdre un match à domicile est déjà difficile, alors sur un tel score !
Nous sommes aujourd'hui passés à autre chose. Nous sommes à trois points du Mans et nous devons en rester le plus proche possible. Ce sera compliqué, face à une équipe organisée, qui joue assez bas et va très vite devant. Cette équipe reste unie et concentrée. Comme on a pu le voir lors de son match à Saint-Etienne, elle n'a pas besoin de beaucoup d'occasions...

"Des solutions qui passent par la dynamique du groupe"

Samedi, une organisation avec deux attaquants est-elle possible ?
Elie Baup :
Peut-être en cours de match... Il faut pour le moment reprendre de la hauteur sur le terrain. Nous avons besoin de densité à l'intérieur du jeu. Ca nous a réussi à une période et il faut continuer.

Cette trêve vous a-t-elle donné une solution pour pallier la suspension de Mamadou Bagayoko ?
Elie Baup :
On essaie toutes les possibilités de complémentarités, sans remettre en cause les équilibres qui fonctionnent. Chaque solution amène un autre jeu car chaque attaquant a ses qualités. Il faut donc rendre tout ça complémentaire.
Aujourd'hui, il ne s'est pas dégagé de solution nette. Maintenant, il y a toujours des solutions qui passent notamment par la dynamique du groupe.

D'où l'importance du travail dans les couloirs ?
Elie Baup :
On travaille beaucoup cette complémentarité dans les couloirs, notamment par paires. On a aujourd'hui des choses qui donnent de bonnes réponses. Là, il ne faut pas y toucher.

Abdoun - Capoue, deux joueurs pourtant bien différents...
Elie Baup :
L'un est manieur de ballon - plutôt arrêté -, l'autre est plus dans la vitesse, les espaces. Les deux côtés se complètent bien dans une organisation générale. Ils ont la capacité de faire beaucoup d'efforts et aident beaucoup. Maintenant, ils doivent améliorer la finition.

Le Mans, le modèle à suivre ?
Elie Baup :
On n'en est pas là. Ils se sont bien positionnés dans le football français. Ils ont l'objectif - d'après ce que j'ai lu - d'être parmi les cinquante meilleurs clubs européens. Ce n'est encore qu'une ambition.
C'est un club qui a un recrutement de qualité. Chaque année, beaucoup de joueurs sortent de ce groupe et sont bien remplacés. Maintenant, de là à dire que c'est un modèle...

"Il faut trouver un équilibre de travail"

Le recrutement, la force du Mans ?
Elie Baup :
C'est du travail. Ce sont des gens qui ont un vécu. Je pense notamment à Daniel Jeandupeux. C'est un modèle dans son travail. Ca lui permet d'être un peu plus réactif que les autres.

Le mercato qui se termine samedi à minuit peut-il constituer une pollution dans la préparation du match ?
Elie Baup :
Ca ne bouge pas. Il y avait l'idée de restreindre le groupe pour mieux travailler. C'est difficile de faire progresser huit attaquants. Il faut pouvoir donner des conseils à chacun... Il faut trouver un équilibre de travail.
Maintenant, je suis dans le match qui arrive. Le petit "plus" n'est pas là aujourd'hui.

La piste Edouardo ?
Elie Baup :
Sans porter de jugement définitif sur le joueur, il n'a jamais joué en Ligue 1. On prend généralement ce genre de joueur à l'inter-saison pour qu'il ait deux mois de préparation. Aujourd'hui, nous avons Rodelin, Djordjevic ou Bekamenga qui sont en progrès.

Par Propos recueillis par F.C. - Crédit photos fcnantes.com