3 février 2009

Waldemar Kita face aux médias

Il avait souhaité attendre la fin du mercato d'hiver pour s'exprimer. En fin de matinée, Waldemar Kita a rencontré les médias pour faire le point sur la première partie de saison, les mouvements opérés pendant le mercato et ses attentes pour le proche futur. Si le jeu et les résultats sont meilleurs, le président n'oublie pas que l'essentiel pour la maison jaune sera de rester parmi l'élite du football français.

Quel bilan tirez-vous de cette première moitié de saison ?
Waldemar Kita :
Sur le plan sportif, la saison a mal commencé. Nous avons changé d'entraîneur et avons travaillé, notamment sur la complémentarité entre les joueurs. On peut dire que c'est un bilan mi-figue mi-raisin. Aujourd'hui, on joue mieux.
Il y a d'un côté les résultats sportifs, mais je ne veux pas oublier le travail effectué depuis dix-huit mois au sein du club. Nous avons procédé à une ré-organisation, un encadrement. Il y a maintenant plus de sérieux et de professionnalisme. On peut le dire, un certain calme est revenu.

Quel est votre objectif pour la fin de saison ?
Waldemar Kita :
Rester en première division. Nous n'avons pas à rougir des autres équipes. Progressivement, nous prenons notre place. Mais il faut rester serein, la tête sur les épaules. On se donne les moyens pour réussir.

Avez-vous des regrets ?
Waldemar Kita :
On en a toujours. Sportivement, la défaite contre Bordeaux, le penalty oublié à Lille, l'adaptation de certains joueurs... Maintenant, pour ce qui est des choix footballistiques, je les laisse à l'entraîneur. On s'est donné une discipline et on essaye d'aider les gens qui en ont besoin.

Quels sont les chantiers que vous souhaitez lancer ?
Waldemar Kita :
On veut stabiliser. Tout est sensible. Si nous gagnons la stabilité sportive, nous avons prévu d'entamer la préparation de la prochaine saison à partir du 15-20 février. Pour le reste, nous avons déjà commencé, depuis novembre.
Nous avons ainsi fait venir un secrétaire général et un juriste. Ce travail commence à payer.

"Un certain calme est revenu"

C'est le premier mercato sans arrivée au FC Nantes...
Waldemar Kita :
Il ne faut pas acheter pour acheter. Nous avons beaucoup discuté avec Christian Lariepe, Claude Robin et Elie Baup. Ce dernier demandait à réduire son groupe. Il y a d'abord eu les départs de Marek Heinz, Eric Cubilier, Olivier Thomas et Guillaume Norbert. Puis celui de Nicolas Goussé, le prêt de Claudiu Keserü et celui de Michael Gravgaard. Je regrette beaucoup ce dernier. Ce joueur est un exemple de professionnalisme.
On s'est ensuite posé la question d'une arrivée. Elie Baup voulait quelqu'un qui soit complémentaire ou supérieur, et surtout opérationnel tout de suite. On s'est renseigné sur cinq ou six dossiers. Mais nous n'avons pas trouvé.

Considérez-vous le départ de Michael Gravgaard comme un échec ?
Waldemar Kita :
Il était bon au Danemark et jouait régulièrement en Coupe d'Europe. Il y a eu le barrage de la langue. Mais il était respecté ici. C'est un grand professionnel, il ne triche pas. Je lui souhaite une grande réussite en Allemagne.

Est-il difficile d'intégrer les joueurs étrangers ?
Waldemar Kita :
On ne cherche plus les joueurs à l'étranger. A mon avis, ce n'est pas bon pour le football français. C'est se fermer. Pour moi, il n'y a pas de frontières. Maintenant, le coach est là pour décider. Dans la mesure du possible, il y aura des joueurs étrangers à Nantes.

Quel est pour vous le rôle de l'entraîneur ?
Waldemar Kita :
C'est un manager. A mon avis, il n'est pas là pour apprendre à jouer au football. Il met en place une discipline, il travaille chaque détail...

"Je me suis donné trois à cinq ans pour construire un projet"

La part d'Elie Baup dans les résultats ?
Waldemar Kita :
Sur les résultats du groupe professionnel, c'est lui à 100%. Pour le reste, on est là pour l'épauler.

Vous semblez avoir pris du recul...
Waldemar Kita :
La première année était délicate. Il fallait monter. En analysant, il fallait quelqu'un d'expérience à la tête de l'équipe. Aujourd'hui, je m'implique de manière différente. Je ne suis pas à Nantes pour être entraîneur, je veux organiser le club, travailler sur le stade, la Jonelière... C'est très intéressant.

A un moment donné, notamment en septembre - octobre, avez-vous eu envie de partir ?
Waldemar Kita :
La saison dernière, je me suis dit plus souvent que cette année que c'est dur. Mais je n'ai jamais eu envie de partir. J'ai un projet. Tant que je prends du plaisir, je continue. Je me suis donné trois à cinq ans pour construire un projet.

Un autre dossier est en cours, celui des entraîneurs du centre de formation...
Waldemar Kita :
C'est une question qu'on va se poser très rapidement. J'ai demandé aux formateurs de me donner leurs projets à trois ans. Après, je veux être sûr que le club sera en Ligue 1. Je suis très content et satisfait des résultats du centre de formation.
Christian Lariepe : Dans quelques jours, je présenterai au président le plan de restructuration du centre de formation, qui comprend la post-formation. Dès que le club sera assuré de son avenir, on avancera.

Par Propos recueillis par F.C. - Crédit photos fcnantes.com