12 mars 2009

Elie Baup : ''Retrouver les vraies vertus''

Au moment de recevoir Lorient, et alors que le FC Nantes reste sur cinq matches sans victoire et ne compte que trois longueurs d'avance sur le premier relégable, Elie Baup appelle ses joueurs à retrouver les vertus qui leur avait permis de s'extirper de la zone rouge en fin d'année. Si l'entraîneur reconnaît que ses joueurs ont bien conscience de la situation, il veut plus. Plus d'efforts, plus de solidarité et plus de combativité. Il en va de l'objectif essentiel : le maintien.

L'heure est-elle grave ?
Elie Baup :
Il faut prendre conscience de la situation et ne pas attendre les dernières journées pour prendre des points. Il faut pour cela retrouver les vraies vertus de combativité, d'efforts et de sueur.

Le président Kita reproche aux joueurs de ne pas respecter les consignes...
Elie Baup :
Je demande surtout aux joueurs de laisser toutes leurs forces, moyens et vertus sur la pelouse. Il n'y a pas de place pour les états d'âme. Nous avons travaillé cette semaine pour mettre en avant ces efforts et l'entraide. Nous avons fait des comparatifs sur l'équipe quand ça allait pas trop mal, quand ça allait mieux... Il faut mettre en avant ces efforts collectifs.

Ces vertus avaient-elles disparues ?
Elie Baup :
Elles ne se sont pas évaporées, à l'image de notre première mi-temps face à Grenoble. Nous avions alors une équipe pour utiliser le ballon. Mais, à la mi-temps, nous n'avons pas les deux buts d'écart. Et on a explosé en deuxième période. Il est logique que Grenoble égalise, même si c'est à la 95ème.

"Les joueurs ont conscience de la situation"

Christian Gourcuff a parlé d'une opposition de style pour ce Nantes - Lorient...
Elie Baup :
Lorient à 31 points, nous 29. Lorient survolait le championnat en début de saison. Ils sont aujourd'hui avec nous. Ce qui me préoccupe, c'est mon équipe. On lutte pour le maintien. Parlons de nous et regardons devant notre porte. Je veux qu'on soit capable de courir, de faire les efforts, de s'entraider.

La cause est-elle physique ou mentale ?
Elie Baup :
C'est un tout. On ne peut jamais dire que c'est une seule cause. Il faut faire faire aux joueurs ce qu'ils savent faire le mieux et être cohérent avec l'équipe. Il faut faire des efforts. Regardez Liverpool ! C'est incroyable dans leurs efforts ! Alors, à notre niveau, il faut être dans cette dynamique, avoir la capacité de répéter les efforts, avoir cette solidarité et le sens du sacrifice.

Cela augure-t-il du changement ?
Elie Baup :
Les joueurs ont conscience de la situation. A moi de faire les choix pour la cohérence. Il faut tendre vers ce qui nous correspond le mieux. Après, les gens peuvent penser ce qu'ils veulent. Nous devons prendre des points.
Je suis tous les jours avec les joueurs. Je sais ce qu'ils ont dans le ventre. Personne n'accepte cette situation.

Samedi, Frédéric Da Rocha jouera son 400ème match de championnat sous le maillot nantais. Qu'est-ce que ça vous inspire ?
Elie Baup :
C'est exceptionnel. Je pense qu'on ne verra plus ça dans le football. C'est toute une vie. En plus, avec un grand palmarès !
C'est vraiment des gens qu'on voudrait croiser plus. On hérite de choses et on essaie de les transmettre. Da Rocha s'inscrit dans ça. Ce sont des histoires très particulières.

Par Propos recueillis par F.C. - Photo fcnantes.com