LIGUE DES CHAMPIONS 1995-96
En route pour une 1/2 finale européenne

Trois ans seulement après avoir échappé à la relégation en deuxième division, le FC Nantes Atlantique remporte le titre de champion de France 1995-96, qualificatif pour la ligue des champions, la saison suivante.

FC Nantes - Juventus

Les Canaris démarrent les matches de poule de façon assez moyenne réalisant une partie nulle (0-0) contre le FC Porto suivie d'une défaite au stade olympique d'Athènes face au Panathinaïkos (1-3). Après cette période de rodage, les deux victoires successives (3-1, 2-0) aux dépens d'Aalborg permettent aux Nantais de se replacer dans la course aux quarts de finale. Le score de parité obtenu sur le terrain de Porto (2-2) après un combat "héroïque" et un doublé de Reynald Pedros - alors au sommet de son art - consolide les positions jaune et verte avant la venue du Panathinaïkos à la Beaujoire. Sur une pelouse enneigée, les coéquipiers de Japhet N'Doram ne plient pas et manquent même la victoire de peu. Qu'importe, le résultat (0-0) est suffisant pour accéder à la phase finale. C'est la deuxième fois, après le parcours réussi en Coupe des Coupes 1979-80, que le FC Nantes Atlantique atteint un tel niveau lors d'une épreuve continentale.

FC Nantes - Porto

En accueillant le Spartak Moscou au stade Louis Fonteneau, le club français dispose de plusieurs atouts. D'une part, les Moscovites sortent d'une longue période hivernale assortie de trois mois d'inactivité; d'autre part, l'équipe a beaucoup changé depuis la poule préliminaire car plusieurs joueurs ont été transférés. A l'aller, le scénario est idéal : une tête de Japhet N'Doram en première mi-temps; une seconde, croisée, de Nicolas Ouédec à vingt minutes du coup de sifflet final... voilà de quoi envisager le retour avec optimisme. Même si Reynald Pedros ne finit pas la partie, suite à son expulsion. Deux semaines plus tard, dans la capitale soviétique, le doute s'empare des Nantais (2-0 pour Moscou à la pause) avant que Nicolas Ouédec ne douche les 30000 spectateurs du Lokomotiv Stadium. Grâce à deux contres assassins, l'attaquant propulse ses camarades en demi-finale.
L'adversaire promis à de quoi impressionner! La Juventus de Turin est en effet l'une des plus redoutables formations européennes avec des stars comme Vialli, Ravanelli, Di Livio, Del Piero et... Didier Deschamps, ex-élève du centre de formation du FCNA, parti tenter sa chance en Italie après un séjour victorieux à l'Olympique de Marseille. Dans l'enceinte surchauffée du stade Delle Alpi, ils sont plus de 50000 tifosis à soutenir la vieille Dame. L'expulsion de Bruno Carotti juste avant la pause change la donne : les Nantais ont alors toutes les peines du monde à endiguer les assauts turinois. Vialli puis Jugovic, d'une magnifique frappe de vingt mètres, trouvent les chemins des filets de Dominique Casagrande. A 2-0, rien n'est perdu mais la revanche s'annonce serrée. Malheureusement, les Transalpins ont du métier. Sous le regard médusé du public de la Beaujoire, le rusé Vialli coupe court aux espoirs Canaris dès la 17e minute. Pedros suspendu, Ouédec rapidement blessé... les Nantais sont perturbés mais ils s'accrochent. Eric Decroix, Japhet N'Doram puis Franck Renou trompent Peruzzi tandis que Sousa, pour la Juventus, réduit le score. A 3-2, le FCNA s'incline avec les honneurs... et quelques regrets.

 
 LE FC NANTES
 Présentation du FC Nantes
 Structure juridique
 Organigramme du FC Nantes