Musée des canaris Blason

15 février 2018

Amisse a vu rouge

LE JOUR OĂ™...

Le 14 septembre 1977, le premier tour de la Coupe d’Europe des champions propose le Dukla Prague aux champions de France avec le match aller sur le petit stade de Jeliska, perdu dans les coteaux, au nord de Prague. L’équipe nantaise y est accueillie aimablement, au son des crécelles, sans la fureur qui trop souvent préside au débat européen.

Tout se passe on ne peut mieux et, à la 34e minute, elle ouvre le score après avoir connu quelques inquiétudes dans le premier quart d’heure. Au départ et à l’arrivée de cette action cruciale, on trouve Amisse, une espèce de colosse poids plume aux jambes courtes, aussi insaisissable qu’une enclume passée à l’huile d’olive.

S’emparant du ballon à 30 mètres du but nantais, il le donne à Henri Michel qui le lui rend sur un plateau. Le tir lifté du pied gauche d’Amisse, modèle de précision et de roublardise, trompe le gardien tchécoslovaque et plonge les supporters de Dukla dans une grande confusion de sentiments.

Mais c'est un autre gauche qui retiendra l'attention du public et de l'arbitre à un quart d’heure de la fin. Alors que les Tchèques se demandent comment stopper l’ailier de poche nantais, Gajdusek, qui fait deux fois Amisse, en hauteur et en largeur, se pose moins de questions : son tacle s'élève sensiblement au point d’atteindre le genou de son adversaire. Amisse se retrouve le nez dans le gazon, se relève brusquement et décroche un direct. « Je n'ai pas pu m'en empêcher », dira l'ailier nantais, qui découvre le haut niveau et ses vices de l'Est. Forcément, l’arbitre expulse le plus petit. Ce sera la seule expulsion du Nantais dans sa carrière.


UN JOUR, UNE DECLARATION

Stéphane Ziani
« J'aurais aimé être reconnu par Jean-Claude Suaudeau. Je l'ai été un peu mais il est frustrant, quand vous avez été titulaire une année, de se dire : “ Allez, hop, je prends mes valises et je pars à l'aventure. ” Ma décision a été dure à prendre mais je m'étais toujours promis de revenir. Mon rêve de gamin, c'était de réussir au FC Nantes, pas au Real Madrid. »
Août 2000


LA LEGENDE DU FC NANTES
1943-2018 : 75 ANS D’HISTOIRE
Par Denis Chaumier