Musée des canaris Blason

17 mars 2021

Le Carré d’As

Histoire et Patrimoine raconte

Deux buts de retard à remonter, même en Coupe d’Europe, la tâche n’est pas toujours simple. Deux buts d’avance en guise de sécurité, même en Coupe d’Europe, la marge n’est pas si sûre.

C’est pourtant, en ce 19 mars 1980, ce qui est proposé comme scénario aux Canaris.

Au match aller, pour le quart de finale de la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe, les Jaune et Vert reviennent du froid glacial avec 2 buts d’avance, qui donnent un léger parfum de qualification.

Dans le grand stade désertique du Dynamo de Tbilissi, le 5 mars 1980, à plus de 5 000 kms de leurs bases, le FC Nantes et ses Canaris viennent par 2 fois de battre le goal du Dynamo de Moscou (Buts de Thierry Tusseau et Eric Pécout).

Point d’images TV de ces buts, les chaines ayant préféré retransmettre (à tort) le match des Verts de St Etienne contre les Allemands de M’Gladbach : ils en prennent 4 à domicile !

Néanmoins, même avec deux buts d’avance pour les Nantais, le chemin est encore long. Les Moscovites sont avides de revanche. Mais cette première rencontre glaciale donne le sourire à toute une ville qui se met en tête les rêves les plus fous, avec ses oreilles nantaises collées au transistor.

Le rendez-vous est pris pour le 19 mars. Le stade Marcel Saupin attend ses joueurs pour les fêter, en espérant que cette fois-ci, la TV sera de la soirée...

Pour ce match retour, les Nantais promettent d’être rigoureux et de la jouer à la "cosaque".
Les caméras sont présentes, et le match est retransmis sur "Antenne 2", à 20h30, avec les commentaires de Bernard Père et de Thierry Roland.

Après 40 minutes de jeu, sur un terrain boueux, les Russes refont leur handicap, en marquant coup sur coup : ils sont plus tranchants dans leurs actions, l’état du terrain leur va bien dans ce défi physique, ce contexte n’est pas en faveur du « jeu à la nantaise ». Tout est à refaire ; les deux équipes sont à égalité sur l’ensemble des deux rencontres.

Et le Roi Henri est arrivé ! A trois minutes de la pause, d’une reprise de volée finissant dans la lucarne, le capitaine Nantais, remet ses coéquipiers dans le bon sens de la marche... avant.

Au retour du vestiaire, les Canaris prennent le jeu à leur compte. Vers l’heure de jeu, le coach nantais, Jean Vincent, remplace Victor Trossero par le joker, José Touré.
Belle initiative, car après dix minutes de son entrée, le jeune Touré marque le but égalisateur, qui remet les deux équipes à égalité, pour cette rencontre.

Mais, la donne change, car les Russes sont obligés de marquer à nouveau 2 buts pour se qualifier.
A trois minutes de la fin, ils marquent un troisième but, mais trop tard, les Jaune et Verts se qualifient pour leur première demi-finale de Coupe d’Europe : ils sont enfin dans le dernier "Carré d’As européen".

Retrouvez les archives du Musée des Canaris >>>


×