14 octobre 2017

''Un groupe qui a envie d'apprendre''

Abdoulaye Touré

Avant le déplacement à Bordeaux pour le compte de la 9ème journée de championnat, Abdoulaye Touré a répondu aux questions des médias. Pur produit du centre de formation des Canaris, Abdoulaye Touré n'est pas surpris du bon début de saison des Jaune-et-Vert.

Quel est ton sentiment après avoir été élu Canari du Mois ?
Abdoulaye Touré :
C'est une fierté. Ca prouve que je travaille. Maintenant, ce n'est pas une fin en soi. Il faut continuer.

On te sent plus en confiance...
Abdoulaye Touré :
Je me sens bien. La confiance vient grâce au coach. C'est lui qui me fait jouer. Je profite et j'essaie de donner le maximum de moi-même.
C'est l'entraîneur qui m'a fait le plus jouer depuis que je suis dans le monde pro. Je dois l'en remercier et lui rendre sur le terrain. Il est plus dans l'échange. Tactiquement, il me dit ce que je dois faire et ce que je dois améliorer. C'est plus facile pour moi.

Tu changes assez souvent de partenaire à la récupération...
Abdoulaye Touré :
On est là pour progresser. Que ce soit avec Valentin Rongier, Andrei Girotto ou Rene Krhin, je fais avec. S'ils sont sur le terrain, c'est qu'ils ont la qualité pour être là. Si je joue avec Valentin, le coach me demande de rester car j'ai le profil pour évoluer en pointe basse. Quand je suis avec Andrei, il me demande de me projeter plus.

Il t'a fallu t'imposer...
Abdoulaye Touré :
Je n'écoute pas les critiques. C'est sûr, je n'avais pas en début de saison le niveau que j'ai aujourd'hui. C'est avec l'enchaînement des matches, et je pense que je peux faire encore mieux.
Les coaches qui étaient là avant m'ont peu fait jouer. C'est au coach Ranieri que je suis redevable. Le foot est fait de patience. Il y a de la concurrence. J'ai la chance de jouer, j'en profite.
Pour moi, faire une saison réussie, ce serait de faire au moins 25 matches, et pas de blessure.

Est-ce plus facile pour toi d'évoluer avec un coach "plus défensif" ?
Abdoulaye Touré :
Quand le coach demande de défendre, il ne le demande pas qu'aux défenseurs. Il le demande à toute l'équipe. Il ne vient pas me voir en particulier.

Qu'est-ce que ton statut de titulaire a-t-il changé dans ton approche des matches ?
Abdoulaye Touré :
La concentration. On ne perçoit pas les matches de la même façon.

Dans quel domaine penses-tu avoir progressé ?
Abdoulaye Touré :
Sur tous les plans, et - comme je l'ai dit - je dois encore progresser. La récupération des ballons, la première passe, le volume de jeu...

Gardes-tu de bons souvenirs de Bordeaux en équipes de jeunes ?
Abdoulaye Touré :
J'ai de très bons souvenirs, notamment en Coupe Gambardella qu'on gagne 3-1 à Chaban-Delmas. J'espère que ça continuera en pro.

La sélection nationale fait-elle partie de tes objectifs ?
Abdoulaye Touré :
Pour le moment, je ne me pose pas la question. Ma priorité est de donner le maximum en club, match après match. J'y réfléchirai plus tard.

Comprends-tu les critiques concernant le jeu ?
Abdoulaye Touré :
Ca peut se comprendre. On est dans un club qui a la réputation d'avoir du beau jeu. Ce coach nous demande plus de tactique, de défense. Les critiques peuvent se comprendre, mais si les résultats suivent, on est preneurs.

Comment expliquer cette solidité défensive ?
Abdoulaye Touré :
Ca se travaille à l'entraînement. C'est une cohérence entre les joueurs. Le coach donne des consignes et on essaie de les appliquer tous ensemble, pas un par un. On doit être en bloc, pour attaquer comme pour défendre. On est une famille.

Reste la difficulté à marquer des buts...
Abdoulaye Touré :
Défendre bas demande de l'énergie. Quand on récupère le ballon, se projeter demande des efforts. Mais j'ai confiance, le jeu va arriver.

Es-tu surpris de la réussite de ce début de championnat ?
Abdoulaye Touré :
Non. Claudio Ranieri est un très grand entraîneur. On est un groupe qui a envie d'apprendre et il me semble normal que ça ait pris aussi vite.

Penses-tu possible de faire un coup à Bordeaux ?
Abdoulaye Touré :
Bien sûr ! On y va pour gagner. Après, c'est sûr, il ne faut pas encaisser de but. Mais on y va pour prendre les trois points.

Tu va jouer face à Jérémy Toulalan, un joueur formé au FC Nantes. Est-ce un modèle ?
Abdoulaye Touré :
Un modèle, c'est un grand mot. Mais c'est un joueur respectable avec une grande carrière derrière lui. Pour un jeune formé au club, c'est un chemin à suivre.


Voir aussi :

La fiche d'Abdoulaye TOURE >>


Girondins de Bordeaux - FC Nantes

9ème journée de Ligue 1 Conforama
Dimanche 15 octobre 2017, 15h - Matmut Atlantique