09 mars 2018

La girafe a mangé les Canaris

LE JOUR OĂ™...

En 1970-71, le FC Nantes, qui représente la France en Coupe des Coupes, vient de se prendre une déculottée en finale de la Coupe de France contre Saint-Etienne (5-0).

Cependant, les Verts, également champions, jouent la Coupe d’Europe des clubs champions, et ce sont les Jaunes qui héritent de la place en Coupe des Coupes. Le premier tour avalé (contre les modestes Norvégiens de Stroemgodset), malgré une défaite à Saupin (3-2), ils tombent sur le représentant britannique, les Gallois de Cardiff, alors en Division 2 anglaise, le seul club gallois à avoir remporté la FA Cup, la Coupe d’Angleterre.

C’était en 1927, et Cardiff avait battu Arsenal (1-0). Grâce à son esprit de corps et à son énorme courage, Cardiff a pour habitude de faire souffrir les meilleurs sur le vieux continent. C’est dire si la tâche des Nantais s’avère difficile. Elle le sera plus qu’on ne pouvait l’imaginer. Le mercredi 21 octobre 1970 pourtant, tout commence bien : dès la 2e minute, Gondet ouvre le score. Mais Nantes, trop naïf en défense, regagne la Loire-Atlantique avec une sévère défaite dans ses valises : 5-1 !

Emmenée par John Toshack, surnommé « la Girafe » tant il est immense, l’équipe de Cardiff joue un football stéréotypé mais efficace. Toshack inscrit trois buts et s’esclaffe à la fin du match : « Les défenseurs français sont de vrais gamins. Nous avons joué contre des équipes moins fortes que Nantes et nous n’avons jamais marqué cinq buts ! »

Les Canaris, eux, font amende honorable. Tel Jean-Claude Osman : « Je me trouvais dos au but quand j'ai contrôlé une balle en pleine surface. Il n'y avait pas de danger jusqu'à ce qu'un Gallois arrive à toute vitesse par derrière et file au but après m'avoir contré... » Ou encore Patrice Rio, l'« Armoire normande » qui n'a pas beaucoup pesé sur les épaules de déménageur des Rouges de Cardiff : « J'étais en possession de la balle, j'ai regardé autour de moi, il n'y avait personne, j'ai voulu dribbler et hop... » Pour eux deux comme pour les autres, c’est le métier qui rentre. Dur, dur !


UN JOUR, UNE DECLARATION

Serge Le Dizet
« Notre président Guy Scherrer colle parfaitement à la situation du moment. Il est à l’image de l’équipe. Un insouciant qui ne se prend pas la tête et qu’on ne prend pas au sérieux, tout comme nous. »
Août 1993


LA LEGENDE DU FC NANTES
1943-2018 : 75 ANS D’HISTOIRE
Par Denis Chaumier