8 août 2018

La pelouse touchée par le pyricularia

Beaujoire

A l’image de ce que d’autres stades ont connu ou connaissent actuellement, la pelouse du stade de la Beaujoire est victime d’une maladie, le pyricularia. Rien de grave en soi. Pour autant, des mesures ont été prises pour stopper le développement de la maladie et soigner la pelouse des Canaris. Explications avec Robert Jobard, directeur général de Sportingsols.

A l’occasion du premier match de la saison, face à l’AS Monaco (17h), les supporters des Canaris découvriront une pelouse de la Beaujoire "jaunie" par endroit, loin du standard habituel que le FC Nantes réserve à son gazon depuis de nombreuses années. En cause, une maladie qui a touché la Beaujoire, comme d’autres pelouses de l’héxagone, le pyricularia.

"C’est une maladie qui a démarré à l’origine dans la culture du riz et qui nous arrive aujourd’hui d’Espagne, explique Robert Jobard, directeur général de Sportingsols, prestataire du FC Nantes. Elle se développe particulièrement sous fortes chaleurs et avec l’humidité.''

Le diagnostic étant posé, un traitement pour stopper la maladie a été mis en place et un nouveau semis est en cours pour redonner son aspect verdoyant au pré de la Beaujoire.

"En elle-même, la maladie n’est pas grave et ne présente aucun danger pour les joueurs, rassure Robert Jobard. C’est surtout esthétique."

Gageons qu’avec les mesures mises en place et la fin de la canicule, le gazon de la Beaujoire retrouvera rapidement son aspect verdoyant.


Par F.C.