12 février 2019

''J'attends une réaction''

Vahid Halilhodzic

En conférence de presse avant le déplacement à Caen, mercredi, Vahid Halilhodzic est longuement revenu sur la défaite face à Nîmes. Sa déception, la discussion avec les joueurs, l'objectif du maintien... l'entraîneur attend désormais une réaction de ses joueurs avant une semaine décisive.

La défaite face à Nîmes appelle-t-elle des changements ?

Vahid Halilhodzic : Changer pour changer, il faut savoir quoi. Si c'est pour de la communication... La nuit a été longue. On n'a pas beaucoup dormi. J'ai eu une réunion ce matin avec les joueurs (ndlr : lundi matin). J'ai laissé les joueurs parler, j'ai demandé des explications. Après le match, je n'ai rien dit. Les joueurs ont parlé d'insuffisances, de ne pas avoir joué ensemble. On voulait faire le spectacle et marquer beaucoup plus de buts. Ils ont oublié l'organisation, les responsabilités... Après, moi en tant qu'entraîneur, j'ai dit à la mi-temps que 2-0 était un résultat dangereux, qu'il ne fallait pas prendre de but. Et deux minutes après, on encaisse un but. Concernant le coaching, pour la première fois, je n'étais pas assez sur la ligne de touche pour corriger, appeler... j'ai peut-être aussi pensé qu'on allait gagner. Je voulais changer deux joueurs, mais quand ils ont égalisé et qu'il y avait pénalty pour nous, j'ai changé. J'ai aussi eu un passage un peu bizarre.
Après un match comme celui-là, inacceptable, certains joueurs doivent se poser des questions. Il y aura vraisemblablement quelques changements. Après, on n'a pas autant de choix que le Paris Saint-Germain. Les gens qui sont arrivés ne sont pas encore prêts. Je vais travailler pour préparer le match contre Caen. Depuis la phase retour, on est 18èmes. J'ai mis le classement. Il faut que chacun prenne ses responsabilités. On ne peut pas se permettre ça.
Nîmes, c'est quatre tirs cadrés, quatre buts. Ciprian n'a pas un arrêt à faire. Contre Rennes, ça a été comme ça, contre Angers un peu comme ça aussi. Et même le match à Nîmes. Mais on dit qu'on joue bien, qu'on a la possession... mais les résultats sont mauvais ! Il faut se responsabiliser. Il ne faut pas se chercher d'excuses. Sinon demain on est en 2ème division. J'attends maintenant une réaction.

Votre groupe est-il armé pour jouer le maintien ?

Vahid Halilhodzic : Ce n'est pas un effectif habitué à jouer le maintien. Je l'ai dit aux joueurs ce matin. On joue le maintien, pas la Champions'League. Il y a quelques semaines, on parlait d'Europe parce que ça se jouait à peu de choses ! Maintenant, c'est le maintien. Les joueurs en ont-ils conscience ? Je n'en suis pas sûr.
Le groupe est bien pour aller au restaurant, mais quand il s'agit de parler en match, de remonter les troupes... même si tes coéquipiers se fâchent... Je suis triste pour les supporters qui sont venus en nombre. Tu fais une belle première mi-temps et on aurait pu tuer le match. Il y a beaucoup de choses bien. Mais après, c'est une désorganisation totale ! Tout le monde veut marquer. On ne peut pas comme ça. Ca été l'euphorie et on paye ensuite cash. Je m'en veux un peu de ne pas avoir été sur la ligne de touche. Prendre quatre buts à domicile !

Des attitudes vous ont-elles déçues ?

Vahid Halilhodzic : Certains ont oublié de se replacer. On n'a pas joué en bloc. On n'a pas eu cette rigueur tactique qu'on a eu souvent. Quand on joue à Paris, ils ont peu d'occasions parce qu'on est rigoureux. Là, on a lâché complètement et on paye cash.

C'est une semaine-clé face à des concurrents dans la lutte pour le maintien ?

Vahid Halilhodzic : Et le calendrier qui suit n'est pas plus simple avec Bordeaux, Lille, Paris... La situation est beaucoup plus compliquée que ce que certains pensent. Je savais qu'on restait fragile. La petite excuse, c'est que dans chaque match on s'est créé des occasions. Mais on perd les matches. La vérité, c'est un point en cinq matches. Il faut se regarder dans un miroir pour redémarrer. Je ne veux pas qu'on se cherche d'excuses. Mais le mercato et la disparition d'Emiliano ont eu une influence.

A Caen, il y aura à nouveau des hommages à la mémoire d'Emiliano...

Vahid Halilhodzic : Il faut vivre avec. On peut toujours trouver des excuses... Je vais demander qu'on gagne. C'est un match pour survivre. Si ça se passe mal, la situation peut devenir dramatique. Le FC Nantes n'est pas habitué à jouer le maintien. Et vous avez vu la difficulté qu'il y a eu pour remonter. Il ne faut pas le revivre. C'est inacceptable.
Ca se joue à peu de choses. Si on avait deux victoires de plus... mais aujourd'hui, c'est autre chose. On a la pression, la critique, beaucoup de choses négatives qui peuvent influencer le groupe. C'est normal que le public ait sifflé hier ! Il faut que chacun prenne ses responsabilité, moi le premier ! Il ne faut jamais lâcher en première division. Personne ne te donnera la victoire.


SM Caen - FC Nantes

23ème journée de Ligue 1 Conforama
Mercredi 13 février 2019, 19h30
Stade Michel d'Ornano


Par J.J. & F.C.