15 mars 2019

''S'imposer pour prendre de la confiance''

Vahid Halilhodzic

En conférence de presse avant le déplacement à Reims, dimanche, Vahid Halilhodzic est revenu sur la bonne dynamique des Rémois, 5èmes du championnat. Le coach nantais espère cependant voir ses joueurs prendre confiance avant les échéances à venir, avec un succès dans la Marne.

Comment préparez-vous ce déplacement à Reims, un adversaire qui est aujourd'hui dans une excellente forme ?

Vahid Halilhodzic : Ce déplacement s'annonce très complexe face à une équipe qui marche très bien. Je suis très étonné. Il y a de la qualité, de la combativité, de la discipline et de l'application dans cette équipe. J'ai découvert des bons joueurs. C'est une formation très ambitieuse qui met un rythme élevé. Je comprends mieux pourquoi ils sont en haut de tableau. J'ai parlé à mes joueurs en leur disant de faire attention, parce que le challenge sera élevé. Reims est aujourd'hui aux portes de la Coupe d'Europe.

C'est une formation qui a bien changé depuis le début de la saison...

Ils ont un ou deux joueurs qui sont arrivés cet hiver et qui apportent beaucoup. Ils appliquent un football moderne en jouant rapidement, techniquement et ce, de la première à la dernière minute. De plus, il n'est pas simple de les contrer.

Récemment, ils ont tout de même été accrochés devant Amiens (2-2) et à Dijon (1-1)...

A Dijon, s'ils arrivent à marquer huit buts, il n'y a rien à dire. Ils ont manqué de réussite. Contre Amiens, ils sont parvenus à égaliser à 2-2. Leur rythme mis sur les matches est assez impressionnant. Le danger vient de partout et dès qu'ils ont de l'espace pour frapper, ils ne s'en privent pas.

Que faudra-t-il faire pour être dangereux ?

Il faudra être bien organisé défensivement et lorsqu'on aura le ballon, parvenir à les inquiéter et marquer. Pourquoi pas gagner ? On a besoin de ça pour prendre de la confiance et préparer le mois d'avril qui sera très costaud avec le championnat et ce challenge en Coupe de France.

Est-ce que cette trêve forcée a permis de travailler tactiquement et de souffler ?

On doit aborder cette période avec plus d'audace offensivement et de rigueur sur le plan défensif. Après le match de dimanche à Reims, il y aura deux jours de repos. Oui, on prépare la dernière ligne droite. On doit s'adapter avec le calendrier qui perturbe notre préparation mais c'est comme ça. On profitera aussi de cette pause internationale pour travailler.

Comment, dans votre management, gérez-vous ces ruptures à répétition ?

Il ne faut pas subir et tomber dans l’agacement, ce qui pourrait perturber la qualité du travail. Cette semaine a été très bonne avec parfois, deux séances par jour. J'ai trouvé les garçons assez concentrés. J'essaie à chaque séance de les encourager. L'autre jour, j'ai parlé au groupe de Roger Federer ou encore Cristiano Ronaldo. Ces champions savourent toutes les victoires. Il ne faut jamais banaliser la victoire et quand il y a une défaite, il faut en sortir certaines choses. Cette culture de la gagne, ça se travaille dès l'entraînement.

De quelle manière parvenez-vous à maintenir un semblant de compétition, lors de l'entraînement ?

Il y a pas mal de petits jeux mis en place. On peut insérer beaucoup de paramètres dans les exercices. Cette semaine, on a même travaillé les duels, ballon au pied en un contre un, deux contre deux, voir plus. Pour moi, la qualité et la quantité de travail sont deux choses très importantes.

Quelles sont vos attentes en cette fin de saison ?

Je m'attends à ce que l'on remonte un peu plus vers les hauteurs du classement en championnat. En ce qui concerne la Coupe de France, nous sommes en demi-finale. Même si nous allons jouer ce match face à l'une des meilleures équipes du monde, on se doit de tenter un exploit. Tout est possible et on va s'y préparer. Il faut que dans leur tête, les joueurs se disent qu'il n'y a rien à perdre. J'aurais aimé jouer ce match à la Beaujoire. D'autant plus qu'aujourd'hui, le Paris Saint-Germain est sûrement vexé et on a vu leur réaction à Dijon. Qu’importe, il faudra tenter quelque chose. En championnat, lors de notre match, ils n'ont pas eu réellement beaucoup d'occasions. L'exploit de l'année, ça se prépare. On ne devra pas attendre un nouveau cadeau de leur part après l'élimination face à Manchester United.


Stade de Reims - FC Nantes

29ème journée de Ligue 1 Conforama
Dimanche 17 mars 2019, 15h
Stade Auguste-Delaune


Par M.G & J.J