16 mai 2019

''Les garçons n'ont jamais rien lâché''

Cyril Moine

Présent en conférence pour évoquer le déplacement des Jaune et Vert sur la pelouse du Montpellier HSC, samedi à 21h, Cyril Moine est revenu sur la belle série des Nantais qui restent sur six matches de rang sans défaite. Pour le préparateur physique du FCN et adjoint de Vahid Halilhodzic, le groupe n'a jamais abdiqué et se voit aujourd'hui récompensé.


L’ÉTAT D'ESPRIT

Cyril MOINE :"Le groupe vit très bien depuis nos cinq victoires et ce match nul à Nice. Après la défaite à Toulouse, on avait la tête dans le seau. On ne savait plus ce qu'il fallait faire ou ne pas faire. On a discuté pour essayer de trouver une solution et puis un mois après, je suis content parce qu'on est remonté vers le haut du classement."

DU CHANGEMENT ?

"On n'a pas changé grand-chose. On est resté dans notre ligne directrice sur notre façon de travailler et sur ce qu'on savait faire. On a fait des petits réajustements pour apporter peut-être un peu plus de confort psychologique à un groupe qui était en difficulté par rapport au début de saison mais aussi au drame qu'il a vécu. Les joueurs étaient touchés mentalement et les défaites n'aidaient pas. Tout n'allait pas. On faisait trop de tactique, pas assez de tactique, trop de mises au vert, pas assez de mises au vert, trop de travail physique, pas assez... Puis il y a eu cette victoire contre Lyon, notre déclic. On a enchaîné et juste avec des petites retouches, tout est revenu."

LE MENTAL

"Le football, c'est aussi beaucoup dans les têtes. On a un peu tendance à l'ignorer mais on n'a pas des robots avec nous. On a beau présenter les meilleures séances du monde, à un moment donné, quand la tête ne va pas on ose moins faire les bons choix et on se cache peut-être un petit peu plus. Les contenus ont été toujours été bons. Depuis le mois de janvier, je trouve qu'on n'a pas été souvent à la rue. Que ce soit sur l'aspect physique et tactique. On a présenté des bons contenus mais quelques faits de jeu nous ont sortis du match. Il y aussi eu des matches où on a fini à dix. Ça n'aide pas à avoir cette confiance. Je pense que si on avait pu l'avoir plus tôt, on aurait pu faire encore mieux."

DES REGRETS ?

"Oui bien sûr que ça donne des regrets mais si on arrive à atteindre le Top 10, et aujourd'hui on est dedans, après la saison vécue... Quand on est arrivé, on était 19ème avec 6 points. Si vous nous aviez dit qu'on en serait là maintenant, on aurait signé tout de suite."

JOUEURS EN FORME

"Ça n'a pas été simple parce qu'on a eu beaucoup de reports de matches avec les actions des Gilets Jaunes. Je me vois encore sur le terrain en janvier, février, en train de mettre en place les séances et nos exercices avant qu'on vienne nous prévenir que la rencontre était décalée. Quand un joueur ne joue pas un match un week-end et qu'il rejoue la semaine d'après, on se rend compte qu'il manque un peu de rythme, de compétition. Là, c'était toute l'équipe. On se retrouvait à affronter une formation qui venait de jouer, donc on avait du mal vis-à-vis de ça. L'équipe a beaucoup travaillé durant la trêve internationale avec des piqûres de rappel sur l'aspect physique. Les garçons ont été exemplaires par rapport à ce travail, qui a été fait de manière professionnelle. Ils n'ont rien lâché et ça a fini par payer. Sur l'aspect physique, entre nos quatre défaites de rang et la série actuelle, il n'y a pas une grande différence. Alors après, il y a la réussite, l'aspect mental qui prend le dessus et les joueurs tentent davantage. Abdoulaye (Touré) prend sa chance de 25 mètres et ça rentre. Samuel (Moutoussamy) enchaîne but sur but alors qu'il n'avait pas marqué en professionnel avant. Sur la qualité du travail, on a toujours essayé de faire la même chose."

LE RAMADAN

"On a fait une réunion avec les joueurs concernés, par rapport aux séances et ce qui pouvait les gêner le moins possible sur l'aspect physique. Eux, préfèrent s'entraîner le matin donc on a respecter leur souhait. Ils nous ont dit qu'ils préféraient réaliser les entraînements avec leur énergie du matin, quitte à ne pas boire."

LE RAPPORT AU GROUPE

"C'est un groupe que j'aime beaucoup. Les joueurs sont à la fois sympas et professionnels. Ils travaillent bien et le relationnel que j'ai avec eux, je ne l'ai pas tout le temps eu dans les clubs précédents. Parfois il y a des petits accrochages mais ça veut aussi que le groupe est concerné, qu'il vit bien et qu'il est animé sans cesse par l'envie de réussir avec Nantes. Aujourd'hui, leur travail et leur implication permettent ces résultats."

UN RELÂCHEMENT ?

"Pas du tout. Au contraire, ils sont très motivés pour terminer la saison du mieux possible. Premièrement, parce qu'ils ont eu la possibilité d'égaler un record de succès (8), l'année du titre en 2001. On fait des superbes séances actuellement, dans l'envie, dans l’implication. Dans les valeurs GPS et sur le cardio, ils sont toujours à la limite . On est très content."

LE COACH

"Ça fait onze ans que je le connais. C'est quelqu'un d'exigeant, de perfectionniste, qui n'est jamais satisfait. Même dans nos derniers matches et cette série positive, il va trouver un petit défaut à chaque fois. Je ne sais pas si un jour dans sa vie, il aura le match parfait et qu'il décompressera un peu. Je trouve qu'il a quand même fait des efforts, notamment sur les décrassages accordés aux joueurs par exemple. Il sait reconnaître la qualité du travail."

LE MATCH A MONTPELLIER

"Ça reste un match de foot et tout est possible. On est capable de s'incliner à domicile deux fois alors qu'on menait 2-0. Mais à côté de ça, on est aussi capable de faire tomber Lyon, Paris. On a des joueurs qui sont compétiteurs et qui ont envie de faire le meilleur résultats possible. Peu importe l'adversaire, on a le même respect, la même exigence et la même détermination."

VITORINO HILTON

"Je le connais très bien puisque j'ai pu le côtoyer à Lens. C'est quelqu'un de très professionnel. Il a un sens du jeu qui prend le dessus sur l'aspect physique et il peut compenser avec son intelligence tactique. Il anticipe tout, analyse tout avant les autres et fait une très bonne saison. C'est l'un des joueurs qui a le plus joué dans notre championnat. Il a de l’expérience et c'est bien d'avoir quelqu'un comme lui qui peut encadrer les jeunes et le groupe."

LA SAISON 2018-2019

"C'est une saison très éprouvante et j'aurais aimé qu'elle n'ait jamais existé. Vous savez pourquoi et j'aurais aimé ne jamais à avoir à la vivre. Après, elle nous marquera et on est lié à vie avec cette saison."

LE VAR

"On échange sur ça, forcément. Il y a une chose qui pour moi, devrait changer : l'arbitre prend sa décision. Si à partir du moment il y a un doute, pourquoi ne sort-il pas automatiquement du terrain pour aller consulter les images et se faire son avis personnel ? Parce qu'analyser une image en étant à l’extérieur dans d'autres circonstances qui sont celles du terrain, je trouve que c'est très compliqué. On traite une image qui dure un dixième de seconde en la faisant durer quinze secondes. Les gens qui sont dans le car, n'ont pas le ressenti de l'arbitre. Et puis a chaque fois l’arbitre entend mal avec le bruit du stade et les joueurs qui viennent autour de lui. S'il sort du terrain, il ne perdra pas plus de temps et il validera sa décision. Je pense que ça peut être une bonne solution. Pour le reste, ce n'est que de l'interprétation sur une action. Même si ça ne résout pas tous les problèmes, ça résout tout de même 70 à 80% des problèmes. C'est déjà bien et c'est mieux qu'avant."


Montpellier HSC - FC Nantes

37ème journée de Ligue 1 Conforama
Samedi 18 mai 2019 - coup d'envoi à 21h
Stade de la Mosson

Par M.G & J.J