21 janvier 2020

L'union sacrée

Emiliano Sala

Entre Emiliano Sala et les supporters nantais, la relation était fusionnelle. Sa grinta, son tempérament, ses célébrations pleines de rage ont fait de lui l’un des chouchous de La Beaujoire. Aujourd’hui encore, un an après sa disparition, beaucoup n’ont rien oublié de tout ça.

En ce vendredi matin de janvier et alors que les Canaris entament leur échauffement, une cinquantaine de supporters des Jaune et Vert regardent leurs protégés prendre part aux premiers exercices à la Jonelière. Parmi ces fervents passionnés, Typhaine et Émilie, deux adolescentes très présentes lors des séances ouvertes au public. Elles supportent les Canaris depuis toujours et le mardi 22 janvier 2019, leur journée ne s’est pas passée comme elles l’avaient imaginée. "Je faisais les magasins et j’ai reçu un sms qui disait que l’avion qui transportait Emiliano Sala avait disparu. Je suis immédiatement venue au centre d’entraînement", raconte Typhaine, les yeux humides. «La Jone», c’est aussi à cet endroit précis qu’Émilie s’est précipitée, après avoir découvert l’information sur les réseaux sociaux. "C’était évident. Ni une, ni deux, je suis venue ici", explique-t-elle.

D’autres n’ont pas eu la possibilité de se libérer mais la douleur a été aussi forte. C’est le cas d’Antoine, qui suit les Jaunes "depuis plus de 30 ans", et de son collègue de travail Cyril, abonné en Loire, qui se rappellera avant tout des argentin. "Le voir se jeter sans retenue dans nos bras sur ses buts, c’était très fort, très intense". Idem pour Antoine, qui regrette de ne plus pouvoir apercevoir cet élan de passion, voire même d’amour, envers les supporters nantais. "Il extériorisait beaucoup lorsqu’il marquait et c’est ce qu’on aimait, nous, supporters. Ce contact avec lui en bas de la tribune, c’était fabuleux."


"Sa progression a été fulgurante"

Bien que déjà très généreux dans ses efforts pour ses débuts en jaune et vert, l’ancien attaquant nantais a mis du temps à conquérir le cĹ“ur des supporters. Suiveur du club depuis des années, Aurélien se souvient. "Au début, il n’était pas forcément apprécié parce qu’il était brouillon, se rappelle-t-il. Mais avec le temps, sa progression a été fulgurante. C’était devenu un vrai buteur, notre buteur."
Auteur de 6 buts en L1 pour sa première saison, celui qui héritera du n°9 l’année suivante, terminera respectivement les exercices 2016-2017 et 2017-2018 avec 15 et 14 réalisations toutes compétitions confondues. Son début de saison 2018-2019 (12 buts en 19 journées de L1) restera à jamais dans les mémoires, y compris dans celles des fans nantais. Longtemps parmi les meilleurs buteurs de l’hexagone et même d’Europe, Emiliano Sala récitait son football. "Avec toute la rage qu’il démontrait, je n’étais pas du tout étonnée de le voir à ce niveau", confie Émilie. Un avis que partage également Cyril, nostalgique. "On l’a vu évoluer. On voyait aussi que cette saison là, il était à son meilleur niveau. On était très heureux pour lui, avec ce départ en Premier League.

Malheureusement pour ses proches, les supporters du FC Nantes et ceux de Cardiff, et tous les amoureux du Football, le "néo-Blue Bird" n’aura pas pu démontrer l’étendue de ses qualités dans ce que beaucoup considèrent comme être le meilleur championnat de la planète.

Par M.G