3 juin 2010

Samuel Fenillat en charge du centre de formation

C'est désormais officiel. Waldemar Kita a promu Samuel Fenillat à la tête du centre de formation du FC Nantes. Le nouveau responsable des jeunes de la Maison Jaune a demandé à Loïc Amisse et à Stéphane Ziani de l'épauler dans ses fonctions pour les trois prochaines saisons. Le premier aura en charge la CFA2, le second les U19. Rencontres avec les trois formateurs.

Vous prenez de nouvelles responsabilités au sein du centre de formation du FC Nantes...
Samuel Fenillat :
Effectivement. Je passe du statut d'éducateur des U19 à la responsabilité du centre de formation. C'est une grande et belle responsabilité que je prends avec plaisir. Il y a du travail. On va s'attacher à bien préparer la prochaine saison.

Un aboutissement ou une récompense de votre travail des dernières années ?
Samuel Fenillat :
Peut-être. Ca fait vingt ans que je vis ici, onze comme joueur et neuf comme formateur. C'est un club que je connais bien. Il m'a énormément apporté. Je veux à mon tour donner. Du temps, de l'investissement et faire du mieux possible pour repartir vers le haut. C'est avec plaisir que nous allons faire en sorte que ça arrive. Je dis "nous" parce que de nouvelles personnes nous rejoignent pour nous y aider. C'est un projet d'équipe. Ca ne concerne pas une, deux ou trois personnes. C'est un ensemble de personnes qui a pour but de redonner une dynamique.

"Un projet sportif mais aussi humain"

Pourquoi avoir demandé à Loïc Amisse et à Stéphane Ziani de vous rejoindre ?
Samuel Fenillat :
Il y avait deux grands paramètres. Le premier, c'est bien sûr la compétence du terrain, le sportif. Et le deuxième, les valeurs humaines. Un projet sportif est aussi un projet humain. Que ce soit Loïc ou Stéphane, ils répondent tous les deux à ces critères. Le choix s'est ensuite naturellement porté vers eux.

L'un comme l'autre, on imagine que ce retour au FC Nantes vous comble...
Loïc Amisse :
Oui, c'est vrai. Ca m'a fait tout drôle de revenir au sein de la Jonelière. C'est avec beaucoup de plaisir que je reviens dans ce club.
Stéphane Ziani : C'est vrai qu'à nous trois, on a passé près d'un siècle au FC Nantes. Ca compte. Ca fait partie de notre vie, d'homme et de sportif. Pouvoir entrer dans l'équipe avec Samuel et Loïc, c'est un moment spécial pour moi. J'avais eu un avant-goût en venant diriger une séance pour mon diplôme, et c'est vrai que j'ai eu beaucoup d'émotions en revenant à la Jonelière.

Votre objectif en revenant à la tête de la réserve du FC Nantes ?
Loïc Amisse :
C'est déjà de retrouver du plaisir et un équilibre. Déjà entre nous. Retrouver des sensations et du plaisir à l'entraînement. Et de faire passer un message auprès des jeunes qui sont proches d'intégrer l'équipe première. C'est d'abord redonner cette envie de réussir au sein de ce club.

Succéder à Samuel Fenillat peut s'avérer difficile...
Stéphane Ziani :
Non, prendre le relais est toujours plus facile quand le groupe est sain, avec de bonnes habitudes, et qui a très bien fonctionné. J'espère d'ailleurs qu'ils confirmeront ce week-end tout le bien qu'on pense d'eux. Après, avec Samuel, on a les mêmes affinités, les mêmes envies. J'essaye de poursuivre le travail qui a été très bien fait, en apportant ma personnalité et l'expérience de ce que j'ai pu vivre à l'extérieur.

"Trois ans pour repartir sur de bonnes bases"

Votre objectif sur les trois prochaines saisons ?
Samuel Fenillat :
Trois ans, ça peut paraître long, mais c'est aussi court quand on parle de formation. Un jeune arrive vers 13 ou 14 ans, 15 ans pour les plus vieux, et il faut entre trois et cinq ans pour qu'ils arrivent à maturité avant d'intégrer le groupe professionnel.
Alors, en trois ans, on peut déjà repartir sur de bonnes bases. Il y a des priorités. Le terrain, forcément - et c'est pour ça qu'il y a des gens qui ont la même conception de l'entraînement et du jeu -, mais aussi le recrutement. On s'y attachera dès la reprise. Il faut être performant dans ce domaine si on veut repartir de l'avant.

Avec un renforcement du recrutement régional ?
Samuel Fenillat :
En fonction des âges. Quand on parle de régional, c'est le grand ouest. C'est là qu'on est, et il y a un attachement. Les jeunes de la région ont peut-être plus envie de jouer au FC Nantes que d'autres. Après, on ne peut pas se couper du reste, notamment de la région parisienne qui est un vivier extraordinaire. Et puis, par petites touches, des joueurs exceptionnels... il faudra être capable de recruter ces jeunes.

Waldemar Kita : "Un système dont ils sont tous trois issus"

En nommant Samuel Fenillat à sa tête, le président Waldemar Kita souhaite mettre en place un nouveau projet pour le centre de formation du FC Nantes. Samuel Fenillat, Loïc Amisse et Stéphane Ziani ont tous été formés et ont joué au Club.

Pourquoi avoir choisi Samuel Fenillat pour diriger le centre de formation ?
Waldemar Kita :
Samuel m'a présenté un projet dont nous avons discuté durant plusieurs mois. Il a choisi les hommes avec lesquels il souhaitait travailler. Ils ont la compétence, l'expérience et la même passion. Ils sont porteurs d'un même message, d'une même philosophie."

Que vous inspirent les retours de Loïc Amisse et de Stéphane Ziani ?
Waldemar Kita :
Ils incarnent l'esprit du club, cet esprit de famille. En plus d'avoir des affinités, ils sont très compétents.

Un projet sur trois ans pour la formation nantaise ?
Waldemar Kita :
Oui. Samuel, Loïc et Stéphane sont tous les trois issus d'un système qu'ils vont aujourd'hui incarner, que nous ne prétendons pas ré-inventer mais auquel nous voulons donner une nouvelle dynamique. L'objectif est de former des joueurs professionnels. La CFA 2 doit intégrer des joueurs susceptibles d'évoluer en équipe première.

Le recrutement à la formation aura aussi un rôle prépondérant...
Waldemar Kita :
Jusqu'à 17 ans, nous souhaitons intensifier le recrutement local. Avoir des jeunes de la région est un réel plus pour leur équilibre.

Par Propos recueillis par F.C. - Photos fcnantes.com