18 mars 2020

''Vivre intelligemment cette situation''

Christian Gourcuff

Interrog√© ce mercredi par Margot Dumont, journaliste de la cha√ģne crypt√©e BeIN SPORTS dans la cadre de la pastille digitale #All√ībeIN, l'entra√ģneur des Jaune et Vert, Christian Gourcuff, est notamment revenu sur le suivi de ses joueurs √† distance. Le technicien a √©galement affirm√© son envie de voir le championnat aller √† son terme, une fois que le risque sanitaire sera totalement √©cart√©.

Comment vous sentez-vous dans cette situation ?

Christian GOURCUFF : "C'est particulier mais c'est aussi le cas pour tout le monde, même si on évolue dans un domaine (le football) assez privilégié. Après, on s'adapte. S'il y a bien un mot à retenir c'est l'adaptation parce qu'aujourd'hui, on parle d'une situation incroyable qu'on ne pensait pas avoir à vivre un jour. Il faut la vivre de la manière la plus intelligente possible."

Pratiquez-vous le télé travail ?

"C'est difficile m√™me si on prend le temps de regarder des matches ou de faire ce dont on n'a pas le temps de faire lors d'une p√©riode "normale". Le plus d√©stabilisant finalement, c'est de ne pas conna√ģtre les d√©lais. √Čvidemment, nous restons en contact avec le staff. Cyril Moine, pr√©parateur physique du Club, a concoct√© un programme d'entretien physique √† distance. Les joueurs doivent le suivre et avec les montres connect√©es, il est possible de voir ce qui est r√©alis√©. On maintient le contact m√™me si c'est tr√®s particulier."

Comment se passe concrètement le suivi des joueurs ?

"Le staff médical est quotidiennement au contact des joueurs. Le point est ensuite régulièrement fait entre les membres du staff. Je ne vais pas appeler les garçons tous les jours. Il faut être intelligent dans la gestion mais garder le contact évidemment.

La Ligue de Football Professionnel vous tient-elle au courant de l'évolution de la situation ?

"Non et personne ne sait. Désormais, ce sont les services sanitaires qui possèdent le maximum d'éléments. Il ne reste plus qu'à gérer cette situation difficile pour tout le monde.

Vous qui êtes un adepte de la tactique et du jeu, comment cela se traduit-il en cette période de trêve forcée ?

"Je ne regarde pas non plus des matches √† longueur de temps mais on en s'en inspire, notamment pour le recrutement, en prenant un maximum d'informations. Ce sont des choses qu'on ne peut pas faire lors des semaines traditionnelles. Je prends √©galement le temps de classer mes s√©ances d'entra√ģnement. De toute mani√®re, il y a toujours un travail √† faire, dans la recherche et dans la r√©flexion.

√ätes-vous d'accord pour dire que lors de la reprise et au moment o√Ļ celle-ci interviendra, certaines √©quipes seront avantag√©es car les moyens de s'entra√ģner ne sont pas les m√™mes pour tous ?

"Il y a toujours de grosses interrogations sur de telles coupures. Ce ne sera pas un autre championnat mais ce sera vraiment particulier. Alors effectivement, la capacit√© √† rester mobilis√© et concentr√© sur le championnat sera une chose essentielle pour bien repartir. La fa√ßon dont les joueurs auront g√©r√© cette p√©riode sera √©galement importante. Sur √ßa, il y a des interrogations. Il ne s'agit pas que de probl√®mes d'√©quipements mais plut√īt de motivation. √áa fera la diff√©rence. Mais tant qu'on ne conna√ģt pas les d√©lais, difficile de pr√©dire quoi que ce soit.

Faut-il, selon vous, finir cette saison et ne pas la figer ?

"Oui et je ne vois pas comment on peut figer les choses. La vie va reprendre à un moment donné et la prolongation de la saison serait logique. Maintenant, en imaginant reprendre début mai, il sera possible de terminer au mois de juin. Si on va au-delà de ce mois, la question des contrats interviendra car ces derniers s'arrêtent le 30 juin. On doit être capable de s'adapter. La décision de la FIFA est positive et dans cette situation particulière et le bon sens s'impose donc ça, c'est tout de même rassurant."


L'interview en vidéo :

Par M.G