''Nantes, mes plus belles années''

Vincent Bessat

Jaune et Vert durant quatre saisons (2011-2015), Vincent Bessat (34 ans) a connu une saison compliquée cette année à Chypre, sous le maillot de l'Apollon Limassol (Laiki Bank Championship). Ses années nantaises, ses souvenirs, son triplé face à l'OL en Coupe de France, son expérience chypriote, son avenir… il se livre. Entretien.

Comment vas-tu et comment s'est passé le confinement ?

Vincent BESSAT : "Je vais bien, merci. Je suis quelqu'un d'assez casanier donc j'ai pu vraiment prendre du temps avec ma famille, mes enfants. On aurait préféré avoir une vie sociale un peu plus importante mais il a fallu s'adapter comme tout le monde. Aujourd'hui encore, on évite de sortir trop fréquemment même si la vie reprend petit a petit avec notamment, l'ouverture progressive des bars et restaurants."

Quid du championnat chypriote et d'une éventuelle reprise ?

"La décision a été prise il y a quelques jours maintenant : le championnat est arrêté et le classement est désormais connu. Certains clubs voulaient reprendre, d'autres pas. Finalement, la loi qui prime ici, c'est celle du pays et non celle de la FIFA. La loi du pays dit que si le championnat est arrêté pour une raison de pandémie, les clubs sont en droit de ne plus payer les joueurs. Aujourd'hui, des négociations sur la rémunération jusqu'à la fin de saison sont menées."

Cela fait deux ans que tu as rejoint Chypre. Pourquoi as-tu pris cette décision ?

"J'√©tais en fin de contrat √† Caen au terme de la saison en 2018. Malgr√© des contacts avec certains clubs de L1 et de L2, je voulais √† tout prix aller √† l'√©tranger. J'avais 32 ans et c'√©tait l'occasion de d√©couvrir autre chose. En juillet, j'ai √©t√© contact√© par des formations chypriotes. J'ai fait trainer les choses avant de m'engager fin ao√Ľt, un peu par d√©faut parce que le temps pressait. Apr√®s, je savais que j'aurais l'occasion de disputer ici des tours pr√©liminaires de Ligue Europa et de conna√ģtre une √©quipe qui jouait le haut du tableau, donc j'ai sign√© √† Anorthosis puis √† l'Apollon.
L'an pass√©, il y a eu des soucis de matches arrang√©s, avec les arbitres notamment. Ces derniers ont m√™me eu des bombes pos√©es sous leur voiture par les supporters‚Ķ Pour que tout √ßa s'arr√™te, le gouvernement a lanc√© des mesures drastiques et les fans n'√©taient pas du tout d'accord avec √ßa. Du coup, les stades sont rest√©s presque vides. Ici, les ambiances sont incroyables mais je n'ai pas eu la chance de conna√ģtre √ßa. Malgr√© tout, √ßa reste un championnat int√©ressant et surtout, une belle exp√©rience √† vivre."

Comment as-tu vécu cette saison avec l'Apollon Limassol ?

J'ai eu un vrai souci avec le club cette saison et je n'ai pas eu de chance sur ce coup-là. J'étais la première recrue. J'aurais déjà pu les rejoindre l'an passé mais j'ai choisi Anorthosis pour des raisons financières. Finalement, en mars dernier, on a trouvé un accord avec l'Apollon donc j'ai su assez vite que j'allais signer là-bas.
Ce qui s'est pass√©, c'est qu'on s'est retrouv√© √† 16 √©trangers au-del√† de 23 ans pour 15 places, dont 4 arri√®res gauche. Sauf que l'entra√ģneur a √©t√© limog√© apr√®s le revers face au PSV Eindhoven, lors des barrages qualificatifs √† la phase de groupes de Ligue Europa. √Čtant donn√© mon salaire et mon √Ęge, ils ont d√©cid√© de ne pas m'inscrire sur la liste pour le championnat donc ils m'ont propos√© de rester sans jouer, de m'entra√ģner avec eux‚Ķ ou d'√™tre pr√™t√©. J'ai refus√©. Ce ne sont pas 10 matches en plus √† Chypre qui allaient changer ma carri√®re et je ne voulais pas leur faire plaisir. Je suis rest√© et un nouveau coach qui parlait fran√ßais est arriv√©. Il avait jou√© √† Bordeaux et a notamment entra√ģn√© le Standard de Li√®ge durant quelques ann√©es. On a discut√© ensemble et il m'a assur√© que d√®s qu'il aurait l'occasion de me remettre dans la liste, il le ferait. Sauf qu'au bout d'un mois, il n'a pas √©t√© gard√© ! L'ancien coach est revenu et on devait attendre le mois de janvier pour pouvoir m'inscrire dans l'√©quipe, comme le stipule la FIFA.
J'avais sign√© deux ans ici et j'avais d√©j√† act√© le fait qu'en fin de saison, j'arr√™terai le football parce que j'en avais marre et que je ne prenais plus de plaisir √† jouer. Je n'ai plus d'envie et plus rien ne m'anime. Forcer pour forcer, c'est inutile. En d√©cembre, j'ai eu une discussion avec l'entra√ģneur pour lui dire que √ßa ne servait plus √† rien de me mettre dans l'√©quipe en janvier. Ils ont voulu me faire partir au mercato hivernal. J'ai eu des touches en Ligue 2, avec le 5√®me de Gr√®ce de l'√©poque et un club chypriote. Mais je n'ai pas boug√©. Le 30 et le 31 janvier, ils ont souhait√© trouver un accord financier pour rompre mon contrat sauf que je ne pouvais pas dire oui car il m'aurait √©t√© impossible de trouver quelque chose ensuite. On est tout de m√™me parvenu √† un accord quelques semaines plus tard et j'ai donc r√©sili√© mon contrat avec l'Apollon fin f√©vrier. Depuis, je suis dans mes projets futurs. Pour l'√©cole des enfants, il √©tait convenu qu'on reste jusqu'√† fin mai, sauf qu'il y a eu le Covid-19 et les √©coles ont √©t√© rapidement ferm√©es."

Ça veut dire qu'aujourd'hui, toi et ta famille êtes dans l'attente d'un retour en France ?

"Tout √† fait. √Čtant de Lyon, on avait un vol pour Gen√®ve le 27 mai qui a √©t√© annul√©, avant d'√™tre bascul√© sur un nouveau vol le 3 juin, lui aussi annul√©. Finalement, on a √©t√© pr√©venu que les vols commerciaux ne reprendraient pas avant le 2 juillet. On va donc envisager un vol de rapatriement. Seul hic, ce sont vols pour Amsterdam (Pays-Bas), Sofia (Bulgarie)‚Ķ mais nous, on doit ensuite aller √† Lyon ! Ce n'est pas simple."

De quoi as-tu envie pour ton après-carrière ?

"J'avais pr√©vu d'√™tre gestionnaire en patrimoine. Il y avait trois cabinets qui √©taient int√©ress√©s pour m'engager donc j'avais d√©j√† commenc√© ma formation CAPA (Capacit√© en Investissement et Patrimoine). Entre temps, mon agent m'a contact√© pour que je travaille avec lui. On a eu de longues discussions parce qu'honn√™tement, je ne souhaitais pas rentrer dans ce milieu-l√†. √áa a dur√© six mois et finalement, fin novembre, d√©but d√©cembre, j'ai pris la d√©cision d'avancer √† ses c√īt√©s. J'ai quand m√™me valid√© ma CAPA mais je vais travailler avec mon agent. Je reste dans le milieu et au final, ce n'est pas plus mal. Je prends quand m√™me encore beaucoup de plaisir √† regarder du football, √† c√ītoyer des personnes et je vais garder un peu le pied √† l'√©trier. Certes le sport va me manquer parce que je suis une personne qui a besoin de se d√©penser. Je suis assez fan des sports de combat donc √† mon retour en France, je vais aussi me remettre √† fond dedans. Ce qui est s√Ľr, c'est que le foot me manque pas du tout ! C'est incroyable mais c'est comme √ßa."

Malgr√© ton d√©part, tu as eu l'occasion de jouer un r√īle dans la venue de Serge Gakp√© √† l'Appolon, ton ancien co√©quipier au FC Nantes‚Ķ

"Oui je suis pour beaucoup dans la venue de Serge, avec mon agent. J'ai soumis son nom au directeur sportif, √† l'entra√ģneur et finalement il est venu. Il a √©t√© d'un grand soutien pour moi, tout comme de nombreux √©trangers qui ne comprenaient pas la situation. Certains joueurs sont arriv√©s en janvier et croyaient que j'√©tais bless√© ou suspendu‚Ķ"

Tu es arriv√© en 2011 au FC Nantes o√Ļ tu es rest√© quatre ans. Tu as connu beaucoup de choses ici, avec une mont√©e dans l'√©lite, tes retrouvailles avec la L1, un repositionnement comme arri√®re gauche‚Ķ On image que c'est un passage qui a fortement marqu√© ta carri√®re !

"Oui, clairement, ce sont les plus belles années de ma carrière, tant sur le plan sportif que sur le plan humain. J'ai fait des rencontres formidables et il y a aussi eu la naissance de l'une de mes filles. C'était exceptionnel. Je repense à la relation tissée avec les joueurs et on en parle encore ! Personne n'a pu retrouver ça ailleurs. Réussir à allier les relations professionnelles du football et les relations humaines dans le vestiaire, c'était unique. Il y avait une vraie alchimie. Les staffs, le personnel du Club, les supporters nantais et la tribune Loire… j'ai été marqué par ça."

Selon toi, pourquoi l'équipe a su retrouver la L1 lors de ta deuxième année et non pas en 2011-2012, à ton arrivée ?

"C'est un tout. Je ne jette la pierre sur personne mais Michel Der Zakarian a su prendre le groupe d'une certaine mani√®re, chose qui n'√©tait peut-√™tre pas le cas avec l'entra√ģneur pr√©c√©dent. Du c√īt√© des joueurs, il y a aussi eu une prise de conscience √©galement. Les nouveaux ont apport√© leur pierre √† l'√©difice et l'alchimie est arriv√©e tr√®s rapidement. Les victoires ont aid√© l'√©quipe √† avancer et c'est √©videmment un facteur majeur. Le lien avec le public‚Ķ l'ambiance √©tait incroyable ! Quand les adversaires venaient jouer √† Nantes, ce n'√©tait jamais √©vident pour eux."

Parmi les souvenirs, il y a également ce triplé en Coupe de France face à l'OL (3-2, 16èmes de finale, saison 2014-2015) à La Beaujoire ! C'est évidemment un moment très marquant pour toi, le natif de Lyon…

"C'est l'une des soir√©es de ma vie. Il y a des "top players" qui ne marqueront pas un tripl√© dans leur carri√®re et moi, j'ai eu cette chance de conna√ģtre √ßa, face √† l'OL et sa grosse √©quipe ! Fekir, Gonalons, Lacazette‚Ķ √Čvidemment que ce match avait une saveur particuli√®re et qu'il restera un moment m√©morable. Toutes les personnes qui m'entouraient ont fait que cette soir√©e restera inoubliable."

Quelle image avais-tu de La Beaujoire avant de signer au FC Nantes ?

"√áa fait partie des crit√®res qui te poussent √† signer dans ce Club. On savait qu'il y avait un public tr√®s pr√©sent et qu'il y avait beaucoup d'attentes par rapport √† l'histoire du FC Nantes. Je peux dire qu'on a marqu√© notre passage √† notre mani√®re. Peut-√™tre diff√©remment que nos a√ģn√©s mais on a su reconstituer quelque chose de tr√®s fort avec les supporters. Je pense qu'on est tomb√© dans une p√©riode o√Ļ il y avait un renouveau de fans, notamment dans les √Ęges. Beaucoup n'avaient pas connu les tr√®s belles ann√©es nantaises √† La Beaujoire mais plut√īt √† travers leurs parents et leurs grands-parents. Nous, on a √©crit une histoire avec eux et on a s√Ľrement apport√© la premi√®re tr√®s grande √©motion au stade √† beaucoup d'entre eux. Je revois La Beaujoire le soir de la mont√©e en 2013‚Ķ c'√©tait fabuleux."

Par M.G