20 août 2020

🎥 ''Une excitation particulière''

Christian Gourcuff

Alors que les Jaune et Vert s'apprêtent à entamer la Ligue 1 Uber Eats vendredi soir à Bordeaux (19h), Christian Gourcuff est revenu sur ce premier rendez-vous officiel de la saison, tout en faisant un grand tour de l'actualité des Canaris.



POINT SANTÉ

Christian GOURCUFF : "Pour Renaud Emond (ischios-jambiers), c’est un peu juste. Il a essayé ce matin mais il vaut mieux attendre de le voir revenir dans le groupe la semaine prochaine. C’est également le cas de Molla Wague, toujours en phase de reprise. Mehdi Abeid et Abdoulaye Touré seront absents. Jean-Charles Castelletto s’entraîne individuellement mais n’a pas la possibilité de s’entraîner avec le groupe, tout comme Denis Petric. Tous les deux attendent les tests cardiaques. La très bonne nouvelle concerne Ludovic Blas, Marcus Coco et Randal Kolo Muani. Tous les trois ont pu faire les tests cardiaques hier et tout est normal, tout a été validé. Ils ont donc la possibilité d’être du voyage à Bordeaux. Enfin, Anthony Limbombe est absent et il le sera pour un certain temps (déchirure musculaire)."

LUDOVIC BLAS, MARCUS COCO, RANDAL KOLO MUANI

"Ils s’entraînaient à part jusqu’au moment de passer les tests cardiaques hier et que ces derniers soient positifs. Ils ont pu s’entraîner avec nous ce matin. On n’a pas trop de repères sur le plan collectif mais ils ont eu l’opportunité de s’entraîner avant, individuellement."

LA NOUVELLE PROGRAMMATION

"Ça fait 6 mois qu’on s’adapte continuellement. On sait très bien qu’il y a des contraintes sanitaires qui sont impératives. Dans le contexte actuel, on dépend beaucoup de la télé et qu’elle décide, encore plus aujourd’hui, c’est logique. La nécessité de s’adapter à la situation est primordiale et je pense qu’il faudra qu’on s’y prépare tout au long de la saison.
On a connu cette reprogrammation mardi midi mais je ne pense pas que ce soit si perturbant. Il en va de même pour les Girondins et sur ça, on est à armes égales."

GÉRER LES RÉSULTATS DES TESTS À LA COVID-19

"On prépare un groupe, une équipe. Au sein de celle-ci, les joueurs connaissent leur rôle à jouer et il y a de la stabilité. Après, en cas de changements, on s’adapte. Là encore, c’est une question d’adaptation. À ce titre, tous les tests Covid-19 réalisés hier sont négatifs donc tous les joueurs disponibles sont aptes à participer à la rencontre de demain."

LE TOUT PREMIER MATCH

"On pense au terrain après bien sûr, il y aura sûrement davantage d’exposition médiatique mais ça concerne plus globalement, le club, les joueurs. Personnellement, ça ne change pas la donne."

FORTE IMPATIENCE DE DÉBUTER ?

"Pour moi, pas plus que ça parce que je pense que toutes les incertitudes rencontrées ces dernières semaines ont douché cet enthousiasme. Depuis le stage à Annecy, on a été sur le qui-vive, avec des mauvaises surprises. Bien sûr que ça a des incidences sur le plan de la concentration et sur la projection du début de championnat."

LES CAS DE COVID-19 DANS LES CLUBS

"C’est arrivé ici à Nantes et ça touchera également encore d’autres équipes. Les joueurs qui sont les plus tranquilles finalement, sont ceux qui ont déjà contracté le virus. Pour les autres, il faut accepter de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Concernant les protocoles sanitaires, ils se discutent beaucoup. On peut considérer qu’on est plus handicapé que certaines équipes pour qui, la rencontre est reportée. De toute manière, il faut vivre avec et s’adapter. Le bon sens doit l’emporter. Ça reste un match de football et si on a des absents, on fait avec. Il y aura toujours du monde pour disputer les rencontres.
Malgré tout, il y a quand même certaines choses que j’ai du mal à comprendre. Si on considère un club avec quatre cas positifs comme un cluster, alors on le ferme. Ce qui n’est pas le cas me semble-t-il. Pas mal de personnes du football se sont exprimés sur ce sujet et ça demande de la réflexion."

LA COVID-19 AU FC NANTES

"De notre côté, on a eu jusqu’à 8 cas, échelonnés certes, mais tout de même. Ça a été un vrai handicap, notamment dans la préparation. On a dû revoir tout l’entraînement, la vie au club en fonction de ça. Et ce n’est pas anodin. On ne va pas se plaindre car cette situation existe et ça reste du sport. On essaie de s’adapter à ça, du mieux possible."

LA PLACE DU FOOTBALL

"J’ai toujours considéré qu’il fallait dédramatiser les résultats, le métier en général. Il faut prendre du plaisir et sur ces six mois, le recul qu’on peut avoir, c’est que le football doit rester un plaisir. Après, il y a des priorités mais il faut prendre les choses comme elles sont. L’administratif vient gâcher certaines choses."

LA PRÉPARATION ESTIVALE

"Je pense que sur le plan collectif, on a bien travaillé et les choses sont acquises. Après, savoir où on en est, c’est plus difficile parce qu’on a été pénalisé par l’absence et le manque de matches de préparation qui permettent d’évaluer les uns et les autres. On n’avait pas prévu beaucoup de matches mais l’annulation de certains d'entre eux font que c’est un élément d’interrogations. On aura des réponses assez rapidement et dans les quinze premiers jours, on verra si on est en retard ou pas."

LES NOUVELLES RÈGLES

"Je suis contre, dans la mesure où un match est aussi une guerre d’usure. Celle-ci permet à un moment donné de créer des brèches. On travaille avec l’équipe et à un moment donné, les ouvertures se présentent. Là, ça change encore la donne. Dire que ça apporte d’autres solutions tactiques aux entraîneurs… je trouve que ça ressemble plus à du football américain."

UNE SAISON TRONQUÉE ?

"Déjà celle de l’an passé l’a été ! J’espère que cette saison, ce sera moins le cas mais oui, elle sera particulière. Après, ça reste du football. On a fini 13ème l’an dernier et on n’en fait pas une affaire d’état même s’il y a des conséquences sur les droits TV. Si on avait arrêté la saison 8 jours plus tôt, on finissait 6ème. C’est une décision purement administrative. Cette année, personne ne peut prévoir le déroulé. Donc il faut prendre les matches les uns après les autres, prendre le maximum de plaisir, pour nous, pour les rares spectateurs dans les stades et les téléspectateurs. Avoir moins de public, ça change la donne également. Je comprends tout à fait l’aspect sanitaire mais ça gâche un peu l’ambiance durant la rencontre."

LES ATTENTES DE LA SAISON

"Je pense qu’on a su se renforcer et que le groupe s’est densifié. L’an passé, la période la plus difficile a été occasionnée par des blessures. L’idée, c’est d’avoir aucun blessé et pas de cas de Covid-19… On peut aussi compter sur le retour de joueurs comme Marcus Coco et Fabio. Il a été touché début octobre et ça a été difficile. Le secteur défensif a même été fortement impacté après cela l’an passé. Si on regarde bien, on a joué quelques matches avec une défense très diminuée. Après, dire aujourd'hui qu’on va jouer l’Europe, c’est autre chose. On n’a pas de repère avec les matches de préparation bien que le dernier fût bien plus dynamique. Il y a quand même des incertitudes."

LE MERCATO

"On recherche tous de bons joueurs. Le mercato, on l’a bien vu, n’est pas lancé. Ce sera évidemment une donnée supplémentaire aux interrogations de la Covid-19 car il n’a pas vraiment commencé. J’ai pris beaucoup de plaisir à travailler cet été avec le groupe parce qu’on a fait des séances de bonne qualité. J’ai un groupe qui est très agréable à vivre et qui aime travailler. Mais à un moment donné, il faut commencer la compétition. Mais ces périodes où on construit restent selon moi, les meilleurs moments d’une saison."

L’ÉQUIPE 2020-2021

"Meilleure que l’an passé ? Je ne sais pas. Tactiquement, c’est beaucoup plus carré, c’est certain. Lorsque je suis arrivé, il y avait Valentin Rongier, Lucas Lima, Fabio… Après, d’une saison à l’autre il y a des modifications et des joueurs qui s’affirment aussi (Imran Louza, Kader Bamba, Moses Simon). Je pense qu’ils ont bien progressé. "

LOUZA-CHIRIVELLA, MANQUE D’IMPACT ?

"Pour moi, il n’y a pas de duel dans le football. La récupération du ballon est collective et c’est une question de coordination dans l’équipe. Avoir des joueurs de ballon au milieu de terrain, c’est tout de même un plus pour la fluidité du jeu et ce qu’on essaie de développer. Il y a la compétition, donc un rapport de force. Je ne suis pas inquiet concernant nos options. Concernant Pedro Chirivella, du fait de son faible temps de jeu à Liverpool, et c’est normal parce qu’il est difficile d’en avoir, on est plutôt agréablement surpris par son comportement. Je pense qu'il est tombé dans le bon club et nous on a tapé dans le bon joueur, même si la réponse sera le terrain."

LA FIN DE CARRIÈRE D’ENTRAÎNEUR

"Sincèrement, je ne pense pas à la retraite, surtout que je suis bien ici. Je ne suis pas fou, je sais que ça se terminera un jour (rires). Il ne faut pas gâcher mon plaisir actuel. Demain, c’est un premier match avec une excitation particulière, même quand on a mon âge et mon expérience. C’est toujours particulier. Lorsqu’on est plus jeune, on appréhende davantage et on se prive d’un certain plaisir que quand on est plus expérimenté. Aujourd’hui, j’ai plus de recul. Mon collègue sur le banc bordelais aussi. On sera à armes égales sur ça aussi."

DES REPÈRES SUR LES GIRONDINS DE BORDEAUX ?

"Pour nous, ce n’est pas fondamental bien qu’on préfère avoir des renseignements sur l’adversaire. Ce serait suffisant de dire qu’on ne s’en préoccupe pas. Ce n’est pas le problème majeur de ce match. Avec Jean-Louis Gasset, je sais à peu près comment ils vont jouer, ses options. Je le connais assez bien pour supposer ce que sera l’opposition. En effet, je pense qu’il y a une certaine rupture avec ce qu’ils faisaient sous Paulo Sousa."

L’APPARITION DE LA COVID-19

"Je ne vais pas faire de philosophie mais ça sert aussi dans la vie de tous les jours. Ça permet de se questionner, de faire une introspection sur notre mode de vie… Et pour le football, c’est valable aussi. Pourquoi faisons-nous du football ? Est-ce simplement économique ? On n’est pas à l’abri d’un tel évènement, on l’a vu. Je vis ce sport comme une passion et il faut retrouver les valeurs de cette discipline, tout comme la population cherche à retrouver les valeurs de la vie."



Girondins de Bordeaux - FC Nantes

1ère journée de Ligue 1 Uber Eats
Vendredi 21 août 2020, 19h
Stade Matmut Atlantique


Par M.G & J.J


×