01 septembre 2020

''L’équipe est en constante progression''

Tanguy Fétiveau

Après une première saison plus qu'intéressante en D2F l’an passé, les joueuses du FC Nantes ont à cœur de confirmer les belles promesses affichées et ce dès dimanche, avec un déplacement sur la pelouse du RC Lens pour la première journée de championnat. Auteure d’un recrutement ambitieux, la section féminine nourrit logiquement beaucoup d’espoirs pour cet exercice 2020-2021. Tanguy Fétiveau à la tête de cette équipe, fait le point et explique la ligne conductrice à suivre pour tenter de rejoindre au plus vite, la D1 Arkema.

UNE NOUVELLE SAISON

"Il y a beaucoup d’enthousiasme au Club après cette longue interruption, qui plus est avec les objectifs qui sont les nôtres. Pour le coup, on a vraiment eu le temps de bien préparer cette saison, contrairement à celle de l’an passé avec une montée fin juin 2019, après de longs barrages. Dans le choix des personnes, et j’intègre le staff et les joueuses, tout a été pensé bien en amont. Cette préparation renforce ce sentiment, avec des profils bien ciblés qui correspondent aux besoins qui avaient été identifiés par rapport aux manques observés la saison passée. À ce titre, nous sommes confiants mais l’incertitude du sport est également présente et c’est ce qui fait la beauté d’un succès ou non."

LA 5ÈME PLACE L’AN PASSÉ

"Il y a un an, j’avais essayé de tempérer en disant que ce projet de montée se faisait au moins sur deux ans, selon moi. C’était trop précoce de l’envisager sur une première saison. Évidemment, il y a beaucoup d’aspects sur lesquels on avait besoin d’apprendre. C’était nouveau ici, au FC Nantes. Je pense que même si la saison était allée à son terme, on aurait continué à avoir de l’irrégularité. Le côté positif de cet exercice écourté, c’est qu’on a eu plus de temps et c’est bien ça dont on manquait l’an dernier. Finalement, après cette première année d’apprentissage, j’estime que les choses ont été bien réalisées dans la préparation de cette nouvelle saison. On va pouvoir défendre pleinement nos chances."

LA CONCURRENCE

"C’est dur de cibler des concurrents en particulier car on risque d’en oublier et ça pourrait peut-être faire naître un sentiment négatif (il sourit). Évidemment, il y a des formations qui affirment pouvoir jouer la montée et ce, depuis deux ans. C’est le cas du LOSC, depuis sa descente de D1 il y a deux ans. Le club de l’US Orléans s’est intelligemment renforcé. Le FC Metz, qui vient de descendre, a aussi pour ambition de remonter. Je ne vais non plus oublier les clubs historiques, qui sont habitués aux places d’honneur : le Stade Brestois 29, l’US Saint-Malo, … Le niveau sera proche et comme toujours, la régularité fera le succès ou non, face à l’ensemble des équipes du groupe."

L’ENGOUEMENT POUR LE FOOTBALL FÉMININ FREINÉ PAR LA COVID-19 ?

"C’est une question à laquelle, je n’ai pas la réponse. J’ai certainement des éléments d’analyse. Je ne pense pas que l’engouement soit freiné et il est toujours difficile de le mesurer. Sur les différents réseaux sociaux, la section féminine est de plus en plus suivie et avec les composantes professionnelles du club, je ne vois pas comment cela pourrait en être différent."

LES INCERTITUDES AVEC LA COVID-19

"À l’échelle du Club, cela nécessite de l’adaptation, des choix. C’est pareil pour tout le monde. Personnellement, je prends ça comme quelque chose d’annexe. Mon quotidien n’a pas changé, le quotidien de l’équipe n’a pas non plus changé. La qualité des séances est identique et on travaille dans de bonnes conditions pour les objectifs de l’équipe. Après, si des rencontres sont amenées à être reportées, ça fait partie des aléas d’une saison, indépendamment de ce contexte."

LA DIFFICULTÉ DE S’IMPOSER À DOMICILE EN 2019-2020

"Je ne suis pas certain, a posteriori, qu’on puisse parler d’un effet domicile / extérieur. Je pense qu’il y a plusieurs éléments d’analyse qui font qu’on n’a pas su se montrer régulier et que nos mauvais matches, sont tombés sur des rencontres à domicile. Une mois bonne préparation du match ? L’approche de l’adversaire ? Je ne sais pas. On fait de gros matches à la maison contre Rodez ou le Stade Brestois 29 et on a plutôt eu du mal face à des formations de la deuxième partie du tableau.
Pour cette année, l’apport de joueuses qui savent très bien que chaque match est compliqué peu importe le classement, va nous aider et on voit déjà une évolution sur cet aspect-là. On espère que ça va impacter de manière très positive cette donnée sur l’idée de préparer nos matches indépendamment de l’adversaire."

LA D1 ARKEMA, UNE LIGUE FERMÉE ?

"Je ne pense pas. Ce n’est pas l’histoire récente du haut niveau féminin. Il y a toujours eu deux accessions, deux descentes. La difficulté de se maintenir dans l'élite, c’est peut-être ce qui donne cette impression d’une ligue fermée. Les équipes qui montent ont plutôt tendance à faire l’ascenseur. Maintenant, si on regarde le contexte, il y a quand même de plus en plus de clubs dont le support est une structure professionnelle et les moyens augmentent chaque année. Je pense que les niveaux vont se rapprocher et à terme, nous aurons des équipes qui vont pouvoir jouer le maintien en montant, tout en ayant des ambitions."

LA PRÉPARATION ESTIVALE

"Elle est positive, même très positive, tout en ayant le recul de dire que ça ne servira pas à grand-chose si on n’atteint pas nos objectifs. Mais je préfère bien sûr être dans ces conditions. Notre groupe est à disposition, les résultats ont été bons et l’équipe est en constante progression. Ces indicateurs me permettent de juger cette pré-saison de manière positive. Maintenant, je maintiens, il faudra être capable de recréer ces conditions lors des matches officiels, quand les choix seront un peu plus difficiles à recevoir de la part des joueuses (manque de temps de jeu, …). Il faudra maintenir la même dynamique que celle qui s’est construite et ce tout le long de la phase de compétition. Ce sera à nous, le staff, de se montrer vigilant pour entretenir cette dynamique afin de capitaliser sur cette bonne préparation."

Par M.G


Partenaires Principaux
Macron

Partenaires Officiels