06 novembre 2020

🎥 ''Nous sommes Ă  la recherche de points'

Christian Gourcuff

Dimanche après-midi (15h), les Canaris se rendent à Lorient, pour le compte de la 10ème journée de Ligue 1 Uber Eats. Christian Gourcuff fait le point avant ce rendez-vous face aux Merlus, un club qu'il connaît très bien, en abordant de nombreux sujets concernant l'actualité jaune et verte.

YouTubewww.youtube.com


LE POINT SANTÉ

Christian GOURCUFF : "Petite gêne pour Nicolas Pallois mais rien de bien méchant. Il reprendra demain. Anthony Limbombe (adducteurs) sera toujours absent. Il faudra attendre sûrement après la trêve internationale pour réévaluer tout ça. Comme c'est une rechute, on se montre prudent. Moses Simon a quant à lui une élongation. Il faut compter trois semaines, en étant optimiste. De son côté, Sébastien Corchia ne peut pas encore fournir les efforts maximum. Il ne sera pas du déplacement et reste dans l'attente des tests cardiaques qui valideront son retour. Fabio et Andrei (Girotto) sont opérationnels."

UN DÉPLACEMENT PARTICULIER

"C'est particulier parce que je reviens près de chez moi, dans une région je vais me retirer plus tard. Mais le passé, c'est le passé. J'ai quitté Lorient en 2014, ça commence à faire quelques années. Dans le foot, tout va tellement vite que je ne connais plus l'équipe. Je pourrais reconnaître certains visages mais ça a beaucoup bougé. Dans ce contexte de huis clos, les aspects émotionnels sont totalement modifiés."

LES MOTS DE CHRISTOPHE PÉLISSIER

"Avec Lorient, on est parti de très loin. C'est de l'histoire. Mais c'est très sympa de sa part d'avoir eu ses paroles et je l'en remercie. L'histoire fait qu'on fera un retour sur le passé mais chaque chose en son temps. J'ai tourné la page et c'est un autre club que celui que j'ai connu. Il faut être positif et ne pas ressasser le passé car c'est une perte d'énergie qui n'amène pas grand-chose."

CETTE RENCONTRE DE DIMANCHE

"Dans notre championnat, il n'y a pas un match facile. Depuis le début, on est à la recherche de points. Même si le match précédent était face à Paris et qu'on savait que la barre serait haute, on avait pour objectif de prendre des points. L'équipe n'est pas passée très loin même si le score (0-3), n'est pas significatif du match. Au final, on n'a pas pris de point. Le championnat est long et il ne faut pas perdre de temps parce qu'il y a une dynamique qui s'installe. L'aspect mental, l’environnement aussi entrent en jeu. Il faut se préparer toute la semaine et c'est un match à gagner, sachant qu'il y aura en face de nous un adversaire de qualité et qui aura envie de s'imposer. Mais ça ne s'arrêtera pas là. Le calendrier va s'accélérer sur la fin de l'année et il faudra également prendre des points à ce moment."

LA QUALITÉ DE JEU

"On n'a pas eu beaucoup de matches références ces derniers temps parce qu'on n'a pas joué à Lens, le match de Nice a été plombé par l'expulsion d'Andrei (Girotto). Donc il faut revenir très loin, avec le match de Lille. Il y a eu ce match face au PSG, avec une première mi-temps plutôt intéressante. Mais par la suite, il y a cette ouverture du score au retour des vestiaires et on termine le match par un 0-3, frustrant. Les résultats sont aussi là pour valider une progression dans la qualité du jeu. On ne peut pas sortir du match face à Paris en se disant : "Oui, on a fait une bonne première période". On est lucide et compétiteur donc si on n'a pas concrétisé ces promesses, c'est qu'on a aussi encore des insuffisances. Il faut retenir les bonnes choses mais pas non plus se voiler la face. Gommer ce qui ne va pas ? C'était Paris en face. À partir du moment où on les laisse mener au score, ça devient un autre contexte de jeu. Je pense que le problème de l’efficacité est un élément important dans le jeu et même aussi pour bonifier la qualité du jeu et donner confiance. Les occasions qu'on parvient à se créer, il faut les concrétiser et ne pas concéder de buts aussi facilement que celui pris dès l'entame du deuxième acte. Certainement que le comportement de l'équipe a été influencé par ces aspects du jeu."

DES JOUEURS TROP CONSCIENCIEUX ?

"Non, parce qu'on n'est jamais trop consciencieux. C'est toujours le danger avec l'application, ça ne suffit pas. L'organisation, la construction du jeu, c'est indispensable. Ce sont des choses qui permettent d'avoir une assise collective mais après, c'est la capacité de l'équipe à mettre de la folie qui fait la différence. Il faut concilier les deux. Et on est un peu en déficit dans la détermination, dans la volonté, pour être véritablement compétitif. Dans le sport, la confiance ça compte mais ça se construit aussi et il faut faire des efforts pour ça."

LES ASSOCIATIONS SUR LE TERRAIN

"On a quand même un début de championnat assez bizarre. Quand on fait le retour en arrière, Nice est un match où l'on joue en infériorité presque toute la partie, le match de Lille semble tellement lointain... Il y a eu le match contre Brest entre temps quand même mais il n'y a pas eu de continuité dans notre saison. Il y a eu des absents avec la Covid-19, l'expulsion d'Imran, ... plein de choses qui font que ça donne l'impression qu'on n'a pas démarré sur quelque chose qui s'étend dans la durée."

LE MILIEU DE TERRAIN

"Les choix des joueurs, c'est aussi une question de conjoncture : la forme, la dynamique... Au début de saison, on a été handicapé par des joueurs touchés par la Covid-19, comme comme Abdoulaye Touré, qui a eu du mal a se remettre dedans. Tous ces éléments sont à prendre en compte. Après, on cherche à jouer au foot et on cherchera toujours à jouer au foot. C'est très clair. Mais je ne pense pas que nos buts encaissés traduisent, en priorité, cet aspect-là des milieux de terrain. On est moins bien défensivement que l'an passé, à pareille époque, c'est clair. Ce n'est pas seulement le comportement du milieu de terrain. Une caractéristique aussi pour bien défendre, c'est tenir le ballon. Normalement, dans ce domaine, on s'est renforcé."

PLUS DE BUTS QUE L'AN PASSÉ...

"On ne prend pas énormément de buts mais on en prend plus, oui. Face à Paris, il y a un premier but où l'on fait preuve de passivité. Ensuite, il y a ce penalty. Et le troisième est peu gag, à un moment donné du match ou je pense qu'on a lâché mentalement. Après, c'est vrai qu'on concède plus d'occasions que l'an dernier."

RANDAL KOLO MUANI

"Je trouve sa progression épatante et il progresse match après match. Le seul souci avec un jeune joueur, ce n'est pas tellement sur le plan technique. C'est plus sa capacité à rester concentré sur le foot. On a beau le dire, parfois les jeunes joueurs ont du mal à rester concentré sur le jeu. Pour le moment, la progression de Randal (Kolo Muani) est constante. Le voir avec les Espoirs, c'est une évolution logique d'un joueur de son âge, qui est titulaire en L1. Tout comme Imran l'an passé. Aujourd'hui, Randal (Kolo Muani) reste joueur, sait ce qu'il à faire, continue de progresser et surtout, il est arrivé quand on avait des manques dans la mobilité, dans les déplacements. J'en avais déjà parler la saison passée. Ça a aussi favorisé son intégration, avec un profil qui comble les manques. Tout de suite, ça l'a naturellement amené dans l'équipe. Au fil des matches, la confiance grimpe et je pense qu'il peut encore être plus déterminant. Sur son occasion face à Paris, ce n'est pas de la maladresse mais il est plutôt malheureux et juste avant, il aurait pu être décisif si Simon avait concrétisé. Ces actions de classe, témoignent d'un joueur qui peut franchir le cap. Mais chaque chose en son temps."

LES JOUEURS OFFENSIFS

"Pour Simon, il n'est pas au niveau de l'an passé et c'est très préjudiciable pour l'équipe. Concernant Jean-Kévin Augustin, il y a d'abord un problème physique et il faut qu'il se mette à niveau. Avant de le juger, il faut déjà que physiquement, il est un niveau suffisant pour faire de la compétition, hormis des bouts de match. J'espère que dans les prochaines semaines, on pourra observer toutes ses qualités. Il y a aussi Kalifa (Coulibaly), Renaud (Emond),... Sur le plan quantitatif, on a beaucoup d'attaquants."



FC Lorient - FC Nantes

10ème journée de Ligue 1 Uber Eats
Dimanche 8 novembre 2020, 15h
Stade du Moustoir


Par M.G, J.J


×