05 novembre 2020

''Le FC Nantes, le meilleur choix possible pour moi''

Aurélie Gagnet

Arrivée cet été sur les bords de l'Erdre en provenance du Havre AC, pourtant promu dans l'Élite, Aurélie Gagnet a surpris de nombreuses personnes en rejoignant le FC Nantes. Mais à 25 ans, le choix de la nouvelle latérale jaune et verte était mûrement réfléchi. Pour fcnantes.com, la nouvelle numéro 2 nantaise revient sur son parcours et explique en quoi cette expérience est un nouveau défi passionnant ! Rencontre.

Aurélie, d'où est venue ta passion pour le ballon rond ?

Aurélie GAGNET : "Sincèrement, je ne sais pas trop (rires). Mon père regardait beaucoup de football à la télé lorsque j'étais plus petite. J'ai un peu baigné dans l'univers du ballon rond depuis toujours donc c'est sûrement ça l'explication principale."

As-tu eu l'occasion de pratiquer d'autres disciplines avant de faire du football ?

"Étant plus jeune, je pratiquais également le judo en plus du football. Beaucoup de copains à l'école étaient licenciés au judo et c'était très proche de chez moi. Mais à un moment donné, mes parents ne pouvaient plus suivre et j'ai fini par choisir le football."

Tu es originaire de Dreux (Eure-et-Loir). Peux-tu nous parler de ton parcours jusqu’à ton entrée au centre de formation du Montpellier HSC ?

"J'ai joué avec les garçons, dans mon petit village d'Ivry-la-Bataille (27), de mes 5 ans jusqu’à mes 15 ans, avant de partir pour Montpellier, suite à une envie de changer de vie de la part de mes parents. L'idée, c'était de partir loin, notamment vers le Sud de la France. Montpellier est arrivé assez naturellement."

C'est plutôt bien tombé pour ta poursuite dans le football féminin, avec un club réputé !

"C'est vraiment là où j'ai commencé à suivre des entraînements plus structurés, plus rigoureux. En cette période de formation, l'aspect technique avait une part importante. Idem pour la tactique. L'idée, c'était de former des bonnes joueuses. Mais j'avais envie de vivre tout ça, de connaître le haut niveau."

Tu as très vite goûté aux joutes de la D1 Féminine avec le MHSC. Quelles étaient tes attentes sur ce championnat ?

"À l'époque, c'était quelque qui m'attirait et qui me faisait aussi un peu peur. Mais j'ai eu l'opportunité de jouer quelques matches. Je m'y suis sentie à l'aise, dans un championnat très compétitif. Une vraie belle expérience que de pouvoir affronter ces belles équipes de D1."

Après plusieurs saisons à Montpellier, tu décides de traverser l'Atlantique pour rejoindre les États-Unis !

"Je me souviens, Montpellier m'avait proposé un "petit" contrat pour débuter. J'avais réussi à faire une année de Droit tout en jouant à un niveau intéressant mais c'était compliqué de faire les deux en même temps. J'avais du mal à m'organiser. Aux USA, le système universitaire est pensé pour ce partage entre les études et le sport. C'est pour cette raison que j'ai fait ce choix. Je ne regrette rien car par rapport à la France, les infrastructures sont XXL. Je me souviens de la taille de la salle de musculation, du nombre de terrains disponibles,... une autre dimension ! Tout est fait pour que les sportifs se sentent bien, avec notamment du soutien scolaire à disposition."

Quel regard portes-tu sur l'importance des Ă©tudes ?

"Même en parvenant à vivre du football, on sait qu'il nous faut un projet de carrière pour la suite car on ne pourra pas jouer toute notre vie. Personnellement, ça a toujours été d'une grande importance et j'ai eu la chance d'être soutenue par mon père, sur le fait de ne pas délaisser les études."

Ă€ ton retour en France, tu rejoins le Havre AC, alors en D2F. Pourquoi ce choix ?

"Lors de ma dernière année aux USA, je ne faisais plus de foot pour me consacrer entièrement à l'obtention de mon diplôme. Mais je me suis rendue compte que ça me manquait beaucoup. J'ai commencé à faire savoir que je voulais revenir et via un recruteur basé sur place aux États-Unis, j'ai eu ma chance. Le Havre avait alors montré beaucoup d’intérêt donc je n'ai pas hésité."

Un choix payant puisque l'an passé, l'équipe monte avec toi, en D1 Arkema. Mais tu fais le choix de quitter la formation normande. Pourquoi ?

"C'est une question qu'on me pose souvent et je comprends. C'est vrai que ça peut surprendre comme décision. En tant que joueuse mais aussi en tant que femme, j'avais besoin d'un nouvel environnement. Je sentais que je ne progressais plus vraiment et repartir de zéro, dans un club ambitieux comme le FC Nantes, c'était la bonne solution."

Le choix a-t-il été spontané ?

"Oui, ça s'est fait assez rapidement. Il y a eu plusieurs échanges, notamment avec Nicolas Delépine, à l'époque, ou encore Tanguy Fétiveau. Il y avait aussi pas mal de joueuses que je connaissais déjà et je n'ai pas mis beaucoup de temps à me décider."

Quelles sont tes attentes pour ce nouveau challenge ?

"D'un point de vue collectif, je rêve de d'une nouvelle montée en D1 Arkema. J'espère qu'on atteindra vraiment cet objectif dès l'année en cours. Sur le plan personnel, j'ai envie de retrouver mon jeu, reprendre confiance en moi et aider l'équipe du mieux possible."

Comment s'est passée ton intégration ?

"Très bien, vraiment ! Je suis quelqu'un d'assez timide mais tout s'est bien passé. Je pense qu'on a un bon groupe et tout se déroule très bien."

As-tu un dernier mot pour les supporters ?

"On espère, dès que possible, retrouver nos supporters dans les tribunes. On a besoin de ce soutien pour atteindre notre objectif !"



Par M.G


Partenaires Principaux

Partenaires Officiels