11 novembre 2020

''Enchaîner avec un deuxième succès''

Andrei Girotto

De retour au jeu dimanche à Lorient et intraitable dans l’axe de la défense avec Nicolas Pallois, Andrei Girotto revient sur son actualité. La Covid-19, virus qu’il avait contracté juste avant le match à Lens, son rôle de défenseur central, la concurrence saine mais si importante dans un groupe et son désir de voir l’équipe confirmer avec la réception du FC Metz, le 22 novembre prochain, le numéro 3 des Jaune et Vert fait le point. Entretien.

Andrei, comment vas-tu et comment te sens-tu aujourd’hui ?

Andrei GIROTTO : "Je me sens bien, notamment parce qu’on vient de s’imposer dimanche à l’extérieur (0-2 à Lorient). J’ai connu une période un peu plus difficile ces derniers temps avec mon expulsion à Nice et la Covid-19 mais là, ça va mieux."

Tu as contracté le virus, c’était juste avant le déplacement à Lens. Comment as-tu vécu ce moment ?

"Au début, j’ai eu quelques symptômes mais après quelques jours, s’est vite passé. Je me suis bien reposé pour pouvoir revenir ensuite avec le groupe. Être à l’isolement, comme ça, chez soi, c’est un peu particulier. J’ai eu des nouvelles régulières de mes coéquipiers et du staff. C'était appréciable."

Dès son arrivée l’an passé à la tête du groupe professionnel, le coach a vu en toi un défenseur central. Aujourd’hui, après 35 matches joués à ce poste (toutes compétitions confondues) depuis août 2019, comment vois-tu ce nouveau rôle ?

"Sincèrement, c’est vrai que j’ai un peu oublié l’entrejeu (il sourit). Je suis très concentré sur mon rôle de défenseur central. Si le coach a besoin que je joue au milieu de terrain, je peux le faire. Ce n’est pas un problème. Mais aujourd’hui, je suis vraiment focalisé sur l’axe de notre défense.
Au tout départ, j’appréhendais de voir comme ce replacement sur le terrain allait se dérouler. C’est un poste qui m’attirait et lorsque le coach m’en a parlé, j’étais content. Pour moi, ça ne pouvait être qu’un plus que de découvrir autre chose. Je suis très reconnaissant envers le coach Gourcuff et la confiance qu’il m’accorde."

Comment qualifierais-tu ton entente avec Nicolas Pallois sur le terrain ?

"Je pense toujours que lui et moi, nous avons tous les deux des qualités différentes mais qui sont complémentaires. Quand on est sur le terrain, on essaye vraiment d’évoluer ensemble dans le jeu pour se soutenir mutuellement. On communique le plus possible mais on s’entend très bien et tout vient naturellement. Il n’y a pas besoin de se forcer."

L’équipe a connu deux arrivées dans le secteur défensif (Castelletto, Corchia). Comment perçois-tu la concurrence ?

"C’est très important pour l’ensemble du groupe. Une saison, c’est long et on sait très bien qu’il y aura des absences. Avoir de la qualité un effectif, c’est essentiel pour avancer ensemble vers les mêmes objectifs."

Cette saison, tu es l’unique buteur sur corner. Penses-tu que c’est un domaine dans lequel l’équipe doit encore faire mieux ?

"C’est vrai qu’on doit faire plus encore sur nos coups de pied arrêtés. Parfois, c’est notre placement qui ne va pas. Parfois, c’est le centre. C’est difficile d’être parfaitement synchronisé et ça demande beaucoup de travail. Mais on sait aujourd’hui l’importance de ces phases arrêtées qui permettent souvent de débloquer une rencontre. Ça pourrait nous faire du bien."

Face à Lorient, l’équipe n’a pas encaissé de but, c’était la deuxième fois cette saison. On imagine qu’en plus de la victoire, ce clean sheet a fait du bien au moral…

"On était un peu embêté parce qu’on ne parvenait pas à tenir défensivement. Là, le fait de marquer deux buts sans en encaisser, c’était une bonne chose. Vraiment, tout le monde était très content à la fin de ce match."

Il y a une nouvelle trêve internationale mais déjà, la réception du FC Metz dans le viseur. Débuter une série de victoires, c’est l’objectif ?

"On était dans le bas du classement et c’est très important aujourd’hui de surfer sur la dynamique de cette victoire à Lorient. Ce championnat est compliqué parce que chaque victoire ou défaite a une vraie incidence sur le classement. Mais il faut bien travailler durant ces deux semaines de trêve pour pouvoir enchaîner avec un deuxième succès de rang."

Andrei, tu es Italo-Brésilien et on imagine que tu suis l’actualité de la sélection brésilienne. Quel regard portes-tu sur la convocation de Diego Carlos, un de tes anciens coéquipiers ici au FC Nantes ?

"Ça ne fait pas si longtemps que ça qu’il n’est plus avec nous au FC Nantes mais je suis très fier de sa réussite. Rejoindre la sélection, c’est une récompense très importante pour un joueur. Je m’inspire de son parcours."

Par M.G