24 novembre 2020

🎥 ''Franchir un palier dans le contrĂ´le du match''

Christian Gourcuff

Demain soir (19h), les Canaris se déplacent sur la pelouse du RC Lens en match en retard de la 8ème journée de Ligue 1 Uber Eats. Christian Gourcuff fait le point avant ce rendez-vous dans l'Artois, le premier d'une semaine à deux matches.



LE POINT SANTÉ

Christian GOURCUFF : "On va pouvoir compter sur le retour de Nicolas Pallois et d’Imran Louza, qui a purgé son match de suspension. Concernant Moses Simon, on est optimiste pour samedi à Marseille mais ce ne sera validé que jeudi. Il est sur le chemin du retour.
Concernant les absents, il reste Roli (Pereira de Sa) et Anthony (Limbombe). Mais je pense qu’il ne faut rien espérer avant la trêve. Kader (Bamba) a pris un coup face à Metz mais ça allait, il s’est entraîné aujourd’hui."

LE MATCH DE METZ

"De la frustration, forcément. Mais je pense que ça reste un match positif dans l’analyse et encore plus lorsqu’on le revoit après, avec un certain recul. Ce dernier permet de l’analyser sans les émotions, ce qui offre une perception différente. Sur le coup, il y avait de la déception, de la frustration. Même si on sait qu’il faut gagner ces matches, on peut retenir des choses positives, notamment dans la récupération du ballon où l’équipe a été très présente. C’est une grosse satisfaction, surtout en première mi-temps."

LE JEU PROPOSÉ

"Je dirais que c’est encore ce qui nous manque pour bien maîtriser nos matches. Être capable de maîtriser les temps forts, les temps faibles. Après, il y a ce penalty et ça peut arriver mais dans ce moment de temps où on a lâché un peu, parce qu’on ne peut pas toujours dominer son adversaire, on aurait dû mieux faire. Dans la constance et sur le plan collectif, on peut encore progresser. Individuellement, il y a encore un peu de déchet technique et des pertes de balle dans des zones à éviter. C’est ce qu’il faut corriger pour franchir encore un palier dans le contrôle du match. Tout ça, c’est une question de maturité, de concentration et d’habitudes dans le jeu."

UNE SEMAINE À PLUSIEURS MATCHES

"Le plus difficile, c’est l’évaluation de la fraîcheur physique même si à priori, il n’y a pas eu de nouveaux blessés dans l’équipe. Maintenant, il faut peut-être aussi ménager des joueurs qui sont moins aptes à répéter les efforts, trouver un équilibre. Il n’y a pas de certitude. C’est un élément nouveau par rapport à une semaine normale."

LE RC LENS

"Dans le championnat, je suis surpris de voir Lens ou encore Metz à cette place-là. Je vais aussi prendre l’exemple de Dijon, de qui j’ai pu voir quelques matches, justement face à Lens et Metz. À chaque fois, ils ont été supérieurs à leur adversaire du jour. C’est une équipe qui ne mérite pas son classement mais qui est aujourd’hui dans une dynamique difficile. Je pense que ce championnat est une question de dynamique. Une fois en confiance…
Lens est parti d’une première victoire face au Paris Saint-Germain qui a lancé l’équipe tout de suite. Cette équipe est dans l’esprit lensois avec beaucoup de générosité, tout en étant promu dans l'élite, avec ses valeurs qui dans ce contexte du RC Lens, font partie du patrimoine. On est complètement dans ce registre-là."

LE MATCH REPORTÉ

"À l’époque, côté lensois il y avait beaucoup de blessés, des suspendus, … Quant à nous, je n’ai pas le souvenir d’avoir eu des problèmes d’effectif en particulier. Mais on prend ça comme ça. Je l’avais dit à l’époque, on a joué quand on a eu Fabio, Andrei Girotto et Sébastien Corchia positifs à la Covid-19 et c’était un vrai handicap, peut-être supérieur à ce qu’avait subi le RC Lens à ce moment-là.
Concernant cette rencontre, ils vont pouvoir compter sur des retours. Les données sont différentes par rapport au match prévu fin octobre et les effectifs ne sont pas du tout les mêmes. Je pense par exemple que la rentrée de Kakuta pourra changer la donne sur le plan du jeu."

L’IMPORTANCE DE LA BONNE DYNAMIQUE

"Est-ce que c’est l’impact de la Covid-19 et de toutes les perturbations ? Ce qui est sûr c’est que selon moi, c’est une des caractéristiques cette année. Aujourd’hui, les choses sont difficiles à prévoir avec des équipes de tête qui peuvent perdre des points, ce qui était le moins le cas les saisons précédentes."

UN MATCH BONUS ?

"Non, non. Dans la lecture du championnat, lorsqu’il y a des matches en retard, ça offre la possibilité de prendre des points. Mais encore faut-il les prendre ! Quand on aura rattrapé nos matches en retard, on verra mieux où nous en sommes."

UN BON TEST ?

"Je pense que le fait que ce match vienne dans ce contexte-là, ça ne permet pas d’avoir des certitudes. Sur une semaine normale, pourquoi pas. Mais là, il y aura des données autres que la récupération, avec certainement des changements. Il ne faut pas oublier qu’il y a le match de Marseille ensuite également. Ce serait intéressant d’enclencher cette dynamique et de prendre des points parce qu’on l’a toujours dit : la sérénité, c’est intéressant pour pouvoir progresser."

ABDOULAYE TOURÉ

"Il a été sur le banc pendant un certain temps parce qu’il y avait un contexte différent avec la venue de Pedro Chirivella qui apportait un peu plus de concurrence au milieu. Après, Abdoulaye (Touré) a contracté la Covid-19 et ça l’a bien handicapé. On voit quand même qu’à leur retour, les joueurs ayant contracté le virus mettent un peu de temps à bien revenir. De son côté, Abdoulaye (Touré) a besoin d’être à 100% de ses moyens physiques pour jouer. Je l’ai remis titulaire face à Lorient, avec un bon match à la clé, là, face à Metz, il enchaîne. Ça fait partie d’une saison avec des joueurs qui sont parfois sur le banc mais qui doivent être performants quand on fait appel à eux. Et s’ils le sont, il n’y pas de raison de changer. Lorsqu’il s’est retrouvé sur le banc, il n’y a eu aucun souci de comportement. Savoir rebondir, ça fait partie du bagage que doit avoir un footballeur professionnel. C’est capital même. La capacité à surmonter l’échec, lorsqu’on est remplaçant, c’est important. Après, ça fait aussi peut-être partie de l’expérience. Quand on a vécu ça, c’est peut-être plus facile qu’un joueur qui découvre cette nouvelle situation. Mais c’est à intégrer, évidemment."

LA CONCURRENCE AU MILIEU DE TERRAIN

"Je aussi procédé au retour d'Abdoulaye (Touré) parce que Pedro (Chirivella) était moins bien. Ce n’est pas un choix purement tactique. C’est juste un moment où il y a de la concurrence et qu’il faut la faire jouer si on estime que l’un est moins bien et que l’autre est mieux. Mehdi Abeid également n’a pas toujours été titulaire mais il est revenu. On a joué avec Imran (Louza) et Pedro (Chirivella) un certain temps. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne reviendra pas à ça. Il ne faut pas non plus dramatiser et penser que les choix valent pour toute la saison.
Après, effectivement, si la maîtrise est insuffisante au milieu de terrain, l’aspect physique est une donnée importante. Et avec Mehdi (Abeid) et Abdoulaye (Toure), on sait que dans l’impact, on gagne certainement."

JOUER DAVANTAGE EN BLOC

"C’est un aspect tactique important, bien sûr. On a vu en deuxième mi-temps face à Metz qu’en laissant un peu plus d’espaces, les contres sont aussi plus difficiles à gérer. Mais pas seulement. Pour garder un bloc compact et contrôler les espaces, il faut également avoir une coordination et une intention collective. L’idée, c’est de ne pas y aller les uns après les autres."



RC Lens - FC Nantes

8ème journée de Ligue 1 Uber Eats
Mercredi 25 novembre 2020, 19h
Stade Bollaert-Delelis


Par M.G, L.L


×