22 décembre 2020

🎥 ''Bien défendre et utiliser le ballon à bon escient''

Patrick Collot

Mercredi soir (21h), les Canaris se déplacent sur la pelouse de l'Olympique Lyonnais pour le compte de la 17ème journée de Ligue 1 Uber Eats. En conférence de presse, Patrick Collot fait notamment le point avant ce rendez-vous en terres lyonnaises, le dernier de l'année 2020 en championnat.



LE POINT SANTÉ

Patrick COLLOT, Entraîneur du FC Nantes : "On devrait pouvoir récupérer Kalifa Coulibaly. Roli Pereira a également repris donc il est également disponible. En revanche, Anthony Limbombe et Jean-Kévin Augustin seront absents. Pour ce dernier, on avait fait un constat et il est en train de se remettre à niveau sur le plan physique. Pour le moment, il n’est pas complètement apte. Il s’entraîne avec l’équipe et suit aussi des séances individuelles en plus. Enfin, Fabio et Blas sont suspendus. Sinon, tout le groupe est à ma disposition."

UN DERNIER MATCH COMPLIQUÉ SUR LE PAPIER

"On va à Lyon, affronter l’équipe en forme du moment. Ils ont eu un peu de mal à se mettre en route sur le début de saison mais là, ils ont trouvé leur équilibre. C’est une formation qui maîtrise totalement son jeu, avec des joueurs offensifs qui utilisent à merveille les espaces et les déséquilibres de l’adversaire. Ce sera un match difficile mais on va bien se préparer en essayant d’être très costaud défensivement et en faisant un minimum d’erreurs. Sans ça, face à cette équipe-là, on risque d’être en difficulté. Il faudra que les joueurs soient proches les uns des autres, que les lignes soient serrées et compactes, tout en ayant la possibilité de sortir de leur pressing. Ils ont une vraie faculté à presser dès qu’ils sont dans le camp adverse. Mais si on s’en sort, on aura peut-être la possibilité de s'ouvrir des espaces et de jouer les contres."

UN MATCH PLUS FACILE À PRÉPARER QUE LES DERNIERS ?

"Je pense que pour les joueurs, c’est plus facile, oui. Dans l’approche du match, on sait très bien que ce sera un match difficile. Tous les joueurs ont les sens éveillés, sont concentrés, appliqués. Pour préparer ce match, on n’a pas beaucoup besoin de motiver les garçons. Après, à nous d’être présents, solidaires. C’est très important de bien défendre et d’utiliser le ballon à bon escient."

LYON, DES RETROUVAILLES POUR PATRICK COLLOT

"J’ai été remercié mais la vie continue. J’en garde un très bon souvenir (entraîneur adjoint entre 2008 et 2011 à l’OL, ndlr), avec de grands moments et un effectif de qualité. On cherchait toujours à gagner. On a eu la chance de jouer une demi-finale de Ligue des Champions (2009-2010). J’ai connu des saisons pleines et très enrichissantes."

SON DERNIER MATCH COMME NUMÉRO 1 ?

"Oui, certainement. Après, on en discutera avec le Président mais il y a de grandes chances que ce soit mon dernier match à la tête de l’équipe. Il y a beaucoup de chances que quelqu’un arrive. Maintenant, tout est possible. Mais pour le moment, il y a plutôt cette possibilité que quelqu’un vienne prendre le groupe pour la suite des évènements. Dès la reprise ? Ça, c’est une question de timing. Je ne le connais pas bien mais c’est à définir avec la Direction."

CONTINUER À TRAVAILLER AVEC UN ÉVENTUEL NOUVEAU COACH ?

"Oui. Je suis au Club. Le Président est content de l’investissement et du travail. Il a la volonté de garder le staff qui est en place et de faire venir quelqu’un. On a la chance de pouvoir aider cet éventuel nouvel entraîneur en lui faisant gagner du temps sur les joueurs et la connaissance du groupe. Je pense que c’est aussi important de vite connaître les forces et les "faiblesses" de l’effectif pour être le plus compétitif, le plus rapidement possible."

L’ARRIVÉE D’UN ÉVENTUEL NOUVEL ENTRAÎNEUR, QUELLE RELATION ?

"Ce sera peut-être la deuxième fois car la première, c’était avec Christian Gourcuff. À son arrivée, il avait bien voulu travailler avec les hommes qui étaient en place. Les autres fois, j’ai toujours collaboré avec des gens qui voulaient travailler à mes côtés, avec une certaine complicité, une certaine connaissance des personnes. Alors oui, là, il faut se découvrir, c’est différent. Mais dans le football, on parle le même langage donc ça va très vite. Une fois que l’entraîneur a défini le cadre et ses envies, il n’y a plus qu’à suivre."

UN ONZE TYPE ENCORE MÉCONNU ?

"J’avais dit que j’allais me servir de tout le monde et c’est ce que je fais. L’équipe type ? Le plus important, c’est ce que les joueurs sont capables de donner lorsqu’ils démarrent ou lorsqu’ils rentrent en jeu pour aider le groupe à obtenir le meilleur résultat. Il y avait plutôt une équipe type quand Christian (Gourcuff) était là. Maintenant, j’ai essayé d’utiliser et de concerner tout le monde."

RENAUD EMOND PLUTÔT QUE RANDAL KOLO MUANI ?

"L’idée avec Renaud (Emond), c’était de pouvoir user l’adversaire, avec ses qualités de déplacements et de courses. C’est quelqu’un de généreux. Dans un deuxième point, et avec les temps de jeu de chacun, l’idée c’était aussi d’amener des joueurs plus frais dans une équipe plus fatiguée, notamment grâce à l’entrée de Randal (Kolo Muani) et d’autres, pour essayer de bonifier le travail réalisé avant."

RANDAL KOLO MUANI

"C’est vraiment une bonne surprise. Ce qu’il fait, c’est très intéressant. Son éclosion est bénéfique pour le groupe, surtout dans ce secteur. J’espère qu’il va continuer d’avancer, de progresser parce qu’il doit encore progresser. Il a de très belles qualités de vitesse, de technique et de détente. J’espère qu’il continuera à être à l’écoute. Sa non-titularisation sur les derniers matches ? Je ne fais pas du tout attention à sa situation contractuelle. Je ne m’occupe pas de ça. Les choix sont réalisés en fonction d’un équilibre et d’une utilisation de tous les joueurs."

DES REGRETS DANS DES CHOIX SUR LES DERNIÈRES COMPOSITIONS ?

"Non. Je ne regrette pas mes choix. C’est toujours plus facile de faire le point une fois que les matches sont joués. J’ai des décisions à prendre avant que la rencontre ne commence donc j’essaie toujours de penser pour que l’équipe soit la plus efficace possible."

UNE SENTINELLE DEVANT LA DÉFENSE

"J’ai essayé de mettre cette sentinelle devant la défense parce que mon premier constat, c’était qu’on prenait beaucoup de buts. Il fallait rassurer la défense. J’attends aussi du joueur placé en sentinelle qu’il puisse aider l’équipe à ressortir les ballons plus proprement. Ça n’a pas été toujours le cas, notamment contre Angers. L’équipe a perdu des ballons en voulant parfois se précipiter alors que d’autres possibilités s'offraient à nous sur la largeur du terrain. On a offert des contres avec nos erreurs. On doit progresser à ce niveau-là, dans la maîtrise et dans le jeu. Plus on maîtrisera notre sujet, plus on aura du temps pour bien se positionner, être libre et se sortir du marquage. Actuellement, on se précipite, on perd trop vite les ballons, on n’a pas le temps de se placer… Ça nous dessert parce qu’on ne peut pas amener le ballon dans la moitié de terrain adverse."

FACE À ANGERS

"On a eu des moments avec de la maîtrise et une possession intéressante parfois pour bien manœuvrer l’adversaire. Mais pour moi, c’était trop peu pour leur poser vraiment des problèmes. Après, on a réussi à revenir au score par notre courage, notre volonté et notre détermination. On a essayé de pousser et de mettre le SCO sur le reculoir, pour finir par égaliser. C’est vraiment le point positif de cette partie."

UNE ÉQUIPE "MALADE" ?

"On connaissait la situation, surtout après le match contre Strasbourg avec la prestation livrée (0-4). On savait très bien que c’était difficile. Ça l’est toujours. Quand les résultats ne sont pas ceux désirés, il faut un peu de temps pour changer les choses. C’est ce que j’essaie de faire."

L’ÉQUIPE A-T-ELLE CONSCIENCE DE LA SITUATION ?

"On fait tout pour que la conscience de chacun soit bien éveillée. C’est notre priorité. J’ai tout de même trouvé des choses positives à Reims et on est parvenu à égaliser face à Angers même si c’est d’une façon "inespérée". Les joueurs n’ont jamais lâché et ont affiché une certaine volonté pour revenir face à une formation difficile à manœuvrer. Je vois du positif et il n’y a pas que du négatif dans tout ce que font les garçons. Je ne suis pas aussi pessimiste que vous."

SÉBASTIEN CORCHIA

"Avec Sébastien (Corchia), il n’y a aucun souci. Fabio étant suspendu pour le match de Lyon, je préférais le faire jouer contre Angers pour ménager Sébastien (Corchia) pour le rendez-vous de demain. L’idée, c’était de ne pas le faire enchaîner pour qu’il soit frais. Lors du match contre Reims, le carton récolté par Fabio m’a un peu fait changer mon fusil d’épaule. Certainement que Sébastien (Corchia) aurait été titulaire contre Angers s’il n’y avait pas eu cet avertissement."

MOINS DE SUCCÈS À DOMICILE EN GÉNÉRAL EN L1

"L’impact du huis clos est très important. Les matches se jouent sans personne dans les stades. Il y a moins de pression quand on se déplace et les équipes ont plus tendance à jouer. Aujourd’hui, on commence à s’adapter à ce contexte et la notion de domicile / extérieur n’existe plus vraiment. Les formations qui se déplacent sont sûrement plus à l’aise qu'avant."



O. Lyonnais - FC Nantes

17ème journée de Ligue 1 Uber Eats
Mercredi 23 décembre, 21h
Groupama Stadium


Par M.G, J.J


×