22 janvier 2021

🎥 ''ConcrĂ©tiser le bon Ă©tat d'esprit par des succès''

Raymond Domenech

Face aux médias, Raymond Domenech est revenu ce vendredi midi sur de nombreux thèmes en rapport avec l'actualité du FC Nantes : la prestation globale face à Lens, la forme de l’équipe, l'efficacité à retrouver devant les buts, le point sur l’adversaire messin, le mercato hivernal… Pour rappel, les Jaune et Vert défieront le le FC Metz dimanche après-midi (15h) au Stade Saint-Symphorien.


LE POINT SANTÉ

Raymond DOMENECH : "Il n’y a pas de souci particulier. On avait tout le monde à l’entraînement. Moses Simon ? Il revient et s’est entraîné normalement. En ce qui concerne Jean-Kévin Augustin, il revient aussi. Il est dans le groupe et s’entraîne lui aussi normalement. Il est mieux, après, la vraie problématique, c’est que lorsqu’il y avait les matches de la réserve, on aurait pu le voir jouer. À l’entraînement, il est bien, il est présent, marque. Après le mettre dans un match de Ligue 1 sans savoir… On a aussi le cas pour Anthony Limbombe. Ce sont des joueurs qui reviennent mais à quel moment sommes-nous sûrs qu’ils sont prêts pour des matches du plus haut niveau ? C’est difficile à dire. Aujourd’hui on avait un peu rétréci le groupe en envoyant certains joueurs avec le groupe N2. On était une vingtaine mais tous ceux présents étaient bien."

RETENIR LES TROIS MATCHES SANS DÉFAITE OÙ LES ONZE MATCHES SANS VICTOIRE ?

"On ne peut pas dissocier les deux dans la vie du Club. La situation est quelque part, préoccupante. On ne peut pas occulter le fait de ne pas avoir gagné depuis onze matches. Mais on peut aussi repartir et s’appuyer sur trois matches où on n’a pas perdu et dans lesquels on a montré des choses dans le jeu, dans la solidité. Il faut insister sur ça. Mais bien sûr qu’à un moment, il faut gagner des matches. On peut dire tout ce qu’on veut mais il faut que ça se concrétise par quelque chose."

LE MATCH DE LENS

"Le contexte est différent entre les matches de Rennes et de Montpellier. Quand on voit ce qu’a pu faire cette formation lensoise à Marseille, trois jours après notre confrontation… C’est une équipe qui est solide et face à elle, on se fait égaliser sur un corner. Dans le jeu on avait tenu. On était présent, solide. Pour moi, il n’y a pas de régression dans ce match-là. Il y a des matches de couleurs différentes. La couleur de celui-ci ? Sur ce match en général, on est dans le vert clair. Il y a de l’espoir, il y a quelque chose. On a réussi à tenir et il n’y a que ce corner qui amène cette teinte plus sombre au milieu."

LE BUT ENCAISSÉ

"Ça se joue sur la concentration, sur l’échange, la discussion. Ça intervient aussi au moment où Lens avait fait beaucoup de changements et donc il y a eu ces incertitudes sur le positionnement, avec un corner vite tiré… Ça me dérange, parce que prendre des buts sur ces phases arrêtées alors qu’on est en place… Mais c’est comme ça et aujourd’hui, il y a beaucoup de buts sur les coups de pied arrêtés. Après, c’est moins gênant que de prendre un but sur une action où on a été totalement déstabilisé, mis hors de position parce que dans le jeu on se dit qu’on a été solide. Maintenant, ces détails-là, il faut travailler dessus et on doit de se montrer plus vigilant. Ce sont des situations à la fois simples à gérer mais lorsqu’on est battu, on se dit qu’on aurait toujours pu mieux faire."

LA SOLIDITÉ DÉFENSIVE

"Sur trois matches, on a encaissé deux buts, dont un sur corner. Personnellement, je préfère prendre ce but que celui encaissé par l’OL dimanche dernier face à Metz, avec là, de grands boulevards laissés."

L’ATTENTE D’UNE VICTOIRE

"On part sur une idée, sur une progression dans le jeu et une solidité de l’équipe qui passe par des résultats à faire. Mais c’est la suite qui compte. Les joueurs adhèrent, sont présents, solidaires. On le voit à l’entraînement ou en match, il n’y a pas d’abandon. Ils sont là dans l’esprit. Pour moi, le FC Nantes n’est pas à sa place. Je suis persuadé que l’équipe peut mieux faire dans la durée des résultats, dans la continuité."

AFFICHER PLUS DE SPONTANÉITÉ DANS LE JEU ?

"Comme a pu le faire Lens, on essaie aussi. On est dans cette idée-là de tenter plus de choses. Lens s’appuie notamment sur le fait d’être un promu, de tenter sans avoir rien à perdre et ça marche. Le FC Nantes n’avait pas ça quand on est arrivé et on essaie de le mettre en place pour la suite de la saison."

LE FC METZ

"Cette équipe ressemble aussi un peu à Lens, avec beaucoup de vitesse, d’enthousiasme, avec également de la confiance. Ils ont gagné à Montpellier, à Lyon dernièrement. C’est une équipe qui tente des choses, qui va vite, qui donne de la profondeur et qui est performante sur les contres. Metz sait aussi garder le ballon, bien défendre. Comme Lens, c’est une équipe qui travaille bien, avec des joueurs qui correspondent aux idées qui veulent être mises en place. À nous de trouver ces mêmes bases et je pense qu’on est sur la bonne voie."

DIFFICILE DE MARQUER SUR UNE ACTION CONSTRUITE ?

"On se penche sur la question, c’est vrai. C’est un peu la problématique. À l’heure actuelle, il faut avoir envie de faire un peu plus mal à l’adversaire. L’état d’esprit de l’attaquant, du buteur, ce n’est pas tout à fait le même que celui du constructeur. On y arrive à force de répéter les choses à l’entraînement, de travailler sur le terrain, avec la vidéo pour que les joueurs en prennent pleinement conscience. Parce qu’on avait les situations, même contre Lens. À force d’en prendre conscience, on le construit."

PEU DE CHANGEMENTS EN TROIS MATCHES

"Pour le moment, je suis plutôt dans cette idée de suivi de quelque chose. Les mouvements permanents ont souvent des effets pervers. Parce qu’au lieu de mettre les gens en confiance, on teste tout le monde en permanence. Je suis plutôt dans la stabilité que dans le mouvement permanent."

COMMENT CONCERNER CEUX QUI JOUENT MOINS ?

"On les maintient parce qu’ils s’entraînent avec nous et ils sont dans le groupe. Après, c’est leur mental qui fait la différence. Je leur ai dit dès les premiers jours. On est vingt-cinq et j’en prends vingt pour partir, puis il y a onze joueurs qui débutent. Dans les grands clubs, il n’y a pas de débat et pas d’état d’âme. Parfois, il y a même neuf internationaux qui sont remplaçants. Et tous les joueurs ils doivent prouver à leur entraîneur qu’il a tort et qu’il devrait les faire jouer. Moi je n’attends que ça. Qu’ils me posent de réels problèmes."

LE MERCATO HIVERNAL

"Je dirais que sur l’équilibre de l’équipe, non, pas plus à poste qu’à un autre. À l’heure actuelle, je ne suis pas dans cette recherche en me disant qu’il faut absolument se renforcer quelque part. Je suis plutôt dans l’idée de me dire que ceux qui sont là, on les moyens de me montrer quelque chose."


FC Metz - FC Nantes

21ème journée de Ligue 1 Uber Eats
Dimanche 24 janvier 2021, 15h
Stade Saint-Symphorien


Par M.G & J.J