12 février 2021

🎥 ''Je veux voir une équipe qui va de l'avant''

Antoine Kombouaré

Face aux médias, Antoine Kombouaré, nouvel entraîneur du FC Nantes, a abordé la rencontre à venir dimanche après-midi (15h) sur la pelouse d'Angers SCO. Un premier rendez-vous important pour le technicien jaune et vert, avec ce derby. Pour rappel, cette rencontre intervient dans le cadre de la 25ème journée de Ligue 1 Uber Eats.



LE POINT SANTÉ

Antoine KOMBOUARÉ : "On compte deux blessés : Kalifa Coulibaly et Fabio. Tous les deux sont absents pour quinze jours. Renaud Emond, touché avant le match de Coupe de France à l'entraînement, est en phase de reprise. Il va effectuer un test aujourd'hui et on verra ce qu'il en est."

JEAN-KÉVIN AUGUSTIN

"Il s'entraîne et poursuit son travail de remise en forme. Hier, l'entraînement était assez corsé et il a bien travaillé. il a souffert, même. C'est bien. Je l'ai vu s'accrocher."

LE PROGRAMME

"Avant l'entraînement du jour, celui d'hier était le plus corsé. Demain, il s'agira de la mise en place. Il était essentiel qu'hier on puisse faire une grosse séance. Ce n'était pas facile parce qu'il y a ceux qui ont joué la veille en Coupe. On avait scindé les groupes. Avec un groupe au décrassage. Ceux présents sur le terrain ont fait une très bonne séance."

L'ÉTAT PHYSIQUE ET MENTAL DU GROUPE

"Il ne faut pas tirer des conclusions après une première séance mais souvent, lorsqu'un nouvel entraîneur arrive, il faut les calmer parce qu'ils sont plein d'envie. Je voudrais les voir comme ça jusqu'à la dernière journée, ce serait bon signe. C'est un groupe qui vit bien ensemble, qui travaille. Vraiment, ils s'entendent bien même si la veille il y avait eu des petits soucis dans le vestiaire. C'est bon signe. Aujourd'hui, oui c'est compliqué parce qu'il n'y a pas de résultat mais je suis sûr qu'ils ne sont pas contents de ce qu'ils montrent actuellement. Il y a une mission : maintenir le Club en Ligue 1. Tous en ont conscience. Il faut le montrer au travail et surtout sur le terrain en obtenant des résultats."

LES PETITS SOUCIS DANS LE VESTIAIRE ?

"C'est normal qu'il existe des petits accrochages dans le vestiaire, après 16 matches sans succès. Forcément, à un moment donné, il y a des tensions. C'est la vie d'un vestiaire. Il vaut mieux ça que de rentrer chez soi sans dire quelque chose..."

RETROUVER LES RÉFLEXES D'ENTRAÎNEUR

"Je ne les ai pas perdus ! Entraîner, je ne sais faire que ça. J'adore ça. J'aime mon métier. Ce que j'aime le plus, c'est être sur le terrain."

REMETTRE LA TENUE DU FC NANTES SUR LES ÉPAULES, UN MOMENT PARTICULIER ?

"Sur le coup, non. Mais hier soir, avant de dormir, c'était particulier. Bien sûr que je me suis repassé des images. Certaines reviennent, comme des visages aussi, des noms. L'essentiel n'est pas là. J'ai une mission à remplir, très importante à mes yeux, parce que c'est mon Club. Parce que j'aime ce Club, même si je suis parti depuis plus e 30 ans. J'ai toujours gardé une affection particulière et surtout, une reconnaissance pour toujours. Si je suis ici devant vous, c'est grâce à Nantes. Je suis arrivé de Nouvelle-Calédonie directement ici et c'est ce Club qui a fait ce que je suis devenu : un joueur professionnel, un entraîneur. J'ai eu la chance de connaître de très grands entraîneurs, de très grands joueurs. Mais on n'est pas nostalgique. Je vis avec le présent et j'ai la chance d'exercer. Il ne faut pas comparer les générations. On est dans une autre dimension, un autre football, une autre mentalité, avec d'autres joueurs."

DÉJÀ DES ÉCHANGES AVEC LES JOUEURS ?

"Pour comprendre et surtout essayer de trouver les solutions, qu'il faut trouver, j'ai commencé à échanger dès le premier jour et surtout, à observer. Hier, j'ai pu être en séance avec eux. C'est bien. Aujourd'hui, c'est encore mieux car je vais avoir tout le monde. Dans un couloir, dans le vestiaire, dans mon bureau, j'en ai déjà vu pas mal."

UN GROUPE ÉLARGI SUR LA PREMIÈRE SÉANCE

"Une revue d'effectif oui, mais pas que. Il y a aussi déjà des choix à faire. Et plus j'ai de monde, plus je peux découvrir des joueurs et mieux j'ai de connaissances sur eux. Ensuite, ce sera plus facile pour faire mes choix. Seul hic, j'ai trois séances pour préparer le match d'Angers."

CE QUE JE LES JOUEURS DISENT…

"Je me méfie souvent de ce que les gens disent. Quand je dis ça, c'est amical. Quand on est dur avec les joueurs, ils se plaignent parce que c'est trop dur. Ça a été le cas avec Vahid Halilhodzic, non ? Et lorsqu'il y a beaucoup de laxisme, on dit que c'est trop facile, que c'est le "Club Med". Donc, ce qui est important, c'est ce qu'il se passe sur le terrain. Et surtout les résultats obtenus. À mes yeux et avec l'expérience acquise, le management mis en place, ce n'est pas ça le plus important. Si tous les joueurs trouvent que c'est le "Club Med" mais que vous gagnez les matches, ils seront ravis. C'est lorsqu'il n'y a pas de résultat que le management est critiqué."

UN MENEUR D'HOMMES ?

"Ça, c'est vous qui le dites. L'image que je renvoie, ce n'est pas important. Aujourd'hui, on va parler des résultats. Je sors d'une expérience qui n'a pas été une réussite au Toulouse FC. Aujourd'hui, j'ai une revanche à prendre vis-à-vis de moi-même, sur mon travail. Et ici, on me donne l'opportunité de faire quelque chose de bien : sauver le Club. Un meneur d'hommes ? Si les joueurs le disent… Mais si je suis un meneur d'hommes et qu'on gagne les matches, c'est encore mieux. Si je suis un meneur d'hommes et qu'on perd tous les matches, c'est inutile."

QUELLES ATTENTES FACE À ANGERS ?

"J'attends que les joueurs ne lâchent pas sur le terrain. Parce qu'on sera en difficulté. Ce sera un match très compliqué, face à une équipe classée 8ème. Angers réalise un championnat magnifique. J'attends vraiment que mes joueurs lèvent la tête. On sait qu'on va souffrir mais il faut qu'on soit capable de bien défendre et de jouer. Je veux une équipe qui propose du jeu, qui va de l'avant. Et là, le travail du moment, c'est de donner confiance aux joueurs afin qu'ils montrent leurs qualités. Jusqu'à présent, avec les résultats qu'il y a, on dit qu'ils ne sont pas bons, qu'ils sont mauvais. Et eux, ils le sentent."

FAIRE UNE BONNE ENTAME

"Les joueurs sont capables de mener au score, comme c'était le cas mercredi. Après, c'est vrai que face à une difficulté ou dès qu'il y a un couac, ça peut vite flancher. Il faudra être vigilant sur le début de match mais il faudra aussi l'être tout au long de la rencontre. Quand une équipe est fragile, de par le classement et les prestations, elle peut encaisser des buts en fin de match. Il faudra être costaud toute la partie et surtout, bien défendre. Aujourd'hui, on prend beaucoup trop de buts. Mais il faut aussi poser des problèmes à cette formation angevine, la faire trembler. Si on peut marquer, c'est encore mieux."

LE ONZE DE DÉPART

"Normalement, oui, je l'ai en tête. Ça se joue sur deux postes. Mais j'ai déjà une idée de l'équipe qui va démarrer dimanche à Angers."

QUE FAUT-IL APPORTER TOUT DE SUITE À L'ÉQUIPE ?

"Il faut apporter de la rigueur. Quand je dis de la rigueur, c'est sur le plan de la discipline, sur le plan d'un schéma simple qui soit bien compris par tout le monde. Je veux une équipe qui joue. Si on veut marquer, il faudra jouer. Je ne veux pas d'une équipe qui tremble, qui soit terrorisée à l'idée d'avoir le ballon. Surtout pas. Aujourd'hui, la difficulté, c'est de faire abstraction du classement. Il faut avoir des ambitions dans le jeu. Si on va là-bas pour ne faire que défendre, il y a de grandes chances qu'on perde le match. On doit montrer nos arguments, prouver qu'on a des bons joueurs. Et on a des bons joueurs. C'est beaucoup dans la tête en ce moment et ils sont justes fragiles mentalement."

LE PROFIL D'UN NOUVEL ADJOINT

"Quelqu'un qui travaille sur le mental des joueurs ? Non. Le staff, ce n'est pas important. Il y a déjà du monde autour des joueurs entre les médecins, les kinés,… La différence avec l'époque, c'est qu'il y tellement de monde dans le staff que tout le monde fait préparateur mental, entraîneur, les copains… Donc là, c'est bon. Il y a du monde. Ce n'est que mon avis."

À QUOI S'ATTENDRE DIMANCHE SUR LA MISE EN PLACE ?

"Vous verrez dimanche ce qu'on mettra en place. Il faudra constater quel visage affiche l'équipe, si elle est meilleure que les matches précédents, si elle peut se montrer solide défensivement tout en jouant… Les réponses seront sur le terrain."

LE CHAMP LEXICAL DE LA GUERRE

"Quand j'utilise ces termes, ce n'est pas que seulement dans l'esprit défensif. Un match, c'est un rapport de force donc il faudra être costaud dans les duels. Mais pas que les duels défensifs ! C'est pour ça que j'insiste sur le fait d'avoir aussi des guerriers offensifs pour marquer des buts. Aujourd'hui, on doit être l'équipe qui frappe le moins au but… Il faut être capable de montrer un visage d'une équipe qui va de l'avant, de voir les milieux soutenir les attaquants, d'avoir des défenseurs qui font remonter le bloc. Plus on sera nombreux dans la surface, plus on aura de chances de marquer."

UN CHALLENGE PARTICULIER À NANTES

"Si on m'avait proposé ce challenge ailleurs ? Je ne sais pas. Mais Nantes ça compte énormément. Et en même temps, ça ne s'est pas fait à deux reprises avant. Aujourd'hui, je suis super content d'être là. Mais je sais que la tâche est très difficile."

UN AN SANS COACHER

"J'ai vraiment pris le temps de me ressourcer, de faire autre chose. Après, je ne sais pas si on change. On évolue un tout petit peu avec l'âge, l'expérience. Mais le plus important, c'est que l'équipe montre un visage différent de ce qu'on montre en ce moment. On joue pour le résultat mais je veux déjà voir des garçons qui prennent du plaisir à être ensemble et à jouer au ballon."



Angers SCO - FC Nantes

25ème journée de Ligue 1 Uber Eats
Dimanche 14 février 2021, 15h
Stade Raymond-Kopa

Par M.G & J.J