17 février 2021

Quand Jacky Simon crève l’écran

Histoire et Patrimoine raconte...

Plantons le décor ! Nous sommes le 20 février 1965. Le Football Club de Nantes se déplace à Nîmes, pour le match retour de la saison 1964/1965.

Le temps est beau, sec mais le vent est froid. Si le terrain du stade Jean Bouin de Nîmes n’est pas très bon, tout est pourtant en place pour assister à une belle rencontre de Division 1.

L’évènement d’avant-match se situe ailleurs. C’est la première fois que l’ORTF retransmet un match de football (D1) à la télévision. Le petit écran offre à des millions de téléspectateurs l’ouverture sur un grand stade.

Il faut tout de même se rendre compte que la télévision donne à tous les supporters un version panoramique du stade ; en 1965, c’est un sérieux évènement !

Des salles s’ouvrent pour regrouper les spectateurs. Magie de ce petit écran, d’un simple coup de doigt sur un bouton, le stade de Nîmes prend une autre dimension. En un instant, il devient le plus grand stade du monde...

Quand l’image apparaît, tous les yeux convergent vers le même endroit. La voix de Thierry Rolland domine les silences de la salle. Les Canaris tout de jaune vêtus apparaissent en blanc ; les Nîmois en rayures rouge et blanc apparaissent zébrés.

Au match aller, les Canaris se font surprendre au stade Marcel Saupin, en concédant une défaite (0-2). Tous les supporters et téléspectateurs s’attendent à une revanche des Jaune et Vert.
Le match se déroule en 2 temps. La 1ère mi-temps, les équipes la jouent prudemment, le jeu est « plat ». Il faut attendre la 41ème minute, pour voir le Canari Rafaël Santos marquer le 1er but, sous la clameur des téléspectateurs : Thierry Rolland a beau s’époumoner, on n’entend plus sa voix !

En 2ème période, les Jaune et Vert prennent la mesure des Nîmois. L’ambiance est là, le FC Nantes domine, s’impose 3 buts à 0, grâce à un doublé de Jacky Simon.

Toute la presse nationale reprend le titre suivant à la Une : « Simon a encore (télé)visé juste ! ».

Cette première expérience de la télévision française, un samedi après-midi à 15h00, est finalement le début d’une très grande série, qui nous amène aux retransmissions médiatiques actuelles... 56 ans plus tard.

Retrouvez les archives du Musée des Canaris >>>