25 février 2021

''Devenir arbitre, c'est un réel investissement''

Jean-Jacques Kerjean

Référent des arbitres du FC Nantes, Jean-Jacques Kerjean, fait le point sur cette saison particulière et même pour ceux qui officient chaque week-end sur les terrains. Toujours présent aux côtés des arbitres du Club, il revient sur cette composante essentielle du FCN. Entretien et explications.

Jean-Jacques, la saison est particulière pour les joueurs, pour les staffs mais aussi pour les arbitres, qui, selon leur niveau, n'ont plus l'occasion d'officier les week-ends...

Jean-Jacques KERJEAN : "C'est en effet une situation particulière mais au FC Nantes, on a tout de même la chance d'avoir des équipes qui jouent ou qui s’entraînent comme c'est le cas pour l'effectif professionnel, l'Académie et les Féminines. Nos arbitres sont donc sollicités le week-end afin d'arbitrer des oppositions. Ça permet vraiment de garder un lien avec le Club et surtout avec l’activé physique. Cette dernière est très importante."

Garder les repères sur un terrain, maintenir la condition physique, parfaire sa pédagogie en échangeant avec les joueurs, c'est essentiel, non ?

"Effectivement, l'idée c'est aussi de maintenir les réflexes car un arbitre se doit d'être en capacité de réagir rapidement dans la tenue d'une partie. Même si sportivement la suite de la saison s'annonce compliquée, il ne faut pas qu'elle desserve la progression des arbitres dans leur apprentissage."

Aujourd'hui, comment la partie arbitrale du FC Nantes est-elle décomposée ?

"On a commencé l'année 2020-2021 en perdant six arbitres. Nous sommes passés de seize à dix officiels, sachant que dix est le minimum pour un club de Ligue 1. Dans les dix arbitres présents aujourd'hui, nous n'avons plus que des hommes. Nous avons perdu la seule féminine présente l'année passée. On présente deux nouveaux candidats aux examens mais nous n'avons pour l'heure, aucune visibilité sur ces sessions car elles ont déjà été reportées une première fois. La reprise des championnats amateurs étant hypothétique, il est éventuellement question d'un report total des formations pour mieux attaquer l'année 2021-2022."

Aujourd'hui, le FC Nantes ne compte donc pas la moindre arbitre féminine...

"Dans la graduation des sanctions, le Club s'expose à une sanction financière, puis à une sanction sportive en cas de répétition. C'est dans ce cas, très embêtant car ça influe sur les mutations, ou encore pire, l'annulation d'une montée gagnée sportivement. C'est d'ailleurs ce qu'il s'était passé il y a trois ans maintenant pour la section féminine..."

Quels sont les qualités requises pour se lancer dans l'arbitrage ?

"Le goût du sport, c'est évident, car ça reste une activité sportive. L'investissement, est aussi primordial. L'arbitre s'engage à être présent au moins lors de 20 matches dans une saison, qui est composée d'une trentaine de week-ends. Il n'y a donc pas beaucoup de disponibilités. C'est donc surtout un engagement pour soi-même mais aussi vis-à-vis du Club car si un arbitre n'atteint pas le quota, sa saison n'est pas validée. Après, à partir de 17 matches, il y a toujours la possibilité de transférer des rencontres supplémentaires arbitrées d'un autre officiel. On peut le dire, il y a un esprit d'équipe au sein de la section."

Pourquoi arbitrer au FC Nantes ?

"Rejoindre le FC Nantes en tant qu'arbitre, c'est pouvoir bénéficier d'un encadrement, d'une structure. Un jeune arbitre, qui passe sa formation, est accompagné soit par Stéphane Nicolleau (ancien arbitre) ou moi-même, durant au moins cinq matches. L'objectif, c'est de continuer à le former sans qu'il soit seul, lâché. On est donc présent près de la main courante et on conseille l'officiel à la mi-temps, ainsi qu'à la fin du match. De plus, on l'aide également dès l'avant-match dans les démarches administratives et les liens établis avec les deux équipes, les dirigeants. Il y a un vrai suivi.

D'un point de vue matériel, il y a des avantages car chaque arbitre reçoit un survêtement, un t-shirt et une doudoune en début de saison. Le Club offre également deux places pour chaque rencontre à domicile (hors huis clos)."

Que ressentent les arbitres du Club lorsqu'ils ont l'opportunité d'arbitrer par exemple, le groupe professionnel lors d’oppositions internes ou de matches amicaux organisés à Nantes ?

"Nos arbitres évoluent pour la grande partie, en District. Pour nos officiels, c'est une vraie fierté que de pouvoir arbitrer notamment le groupe professionnel, ainsi que nos équipes de l'Académie. C'est aussi une forme de récompense. On essaie d'équilibrer afin qu'un turn-over se mette en place. Selon les disponibilités des uns et des autres, on s'adapte."



Ils sont arbitres du FC Nantes :

  • Adrien DAVID
  • Amine ENNADIR
  • Brice BARBOT
  • Bruno DE LONGUEVILLE
  • Jean de Dieu BADJI
  • Matondo BIENVENU
  • SĂ©bastien RABAUD
  • Yoann BOISSINOT
  • Yoann GUENAND
  • Yoann VANO

Par M.G


×