03 mars 2021

MAĂŽTRE JEAN, LE REMOIS

Histoire et Patrimoine raconte

Quand on parle du stade de Reims, on pense, en Canari avisé, à Jean Vincent, mais également à ses glorieux co-équipiers nommés Robert Jonquet, Roger Piantoni, Just Fontaine, Dominique Colonna et autre Raymond Kopa, tous internationaux français.

Ce mercredi 3 mars 2021, l’équipe de Reims vient au stade de La Beaujoire. Autre époque pour les Rémois et les Jaune et Vert !

Cependant, il faut se remémorer la très belle épopée du club champenois, au plan national dans les années 1950, et en « Coupe d’Europe des clubs champions » (l’ancêtre de la Champions’League), avec les finales jouées en 1956 et 1959, contre les Espagnols du Real Madrid (déjà !).

Mais, Jean Vincent, c’est aussi l’entraîneur du FC Nantes de 1976 à 1982. Le bilan sportif (sur les bords de l’Erdre) de l’ancien ailier gauche de l’équipe de France est plus que glorieux, avec 2 titres de Champion de France en 1977 et 1980, 3 fois vice-champion de France en 1978, 1979 et 1981, le tout premier vainqueur en jaune et vert de la Coupe de France en 1979, et la première demi-finale de « Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe » des Canaris en 1980 : sacré palmarès !

C’est le plus beau bilan de l’Histoire du Football Club de Nantes, et son effectif est à cette époque, le meilleur du football français. Le public, les supporters, les joueurs s’habituent aux succès.
Mais, au premier faux-pas, la déception est grande. Comme Reims auparavant, il est très dur de rester au sommet aussi longtemps dans un sport de très haut niveau.

Au mois de mars 1982, le Président Louis Fonteneau annonce officiellement le départ de son entraîneur, en ne le faisant pas resigner au-delà du mois de juin de cette même année.
Contrairement à ses habitudes durant plus de 6 ans, le FC Nantes ne terminera pas en fin de saison, à une place d’honneur dans le championnat de Division 1.
Les détracteurs deviennent de plus en plus nombreux. Une certaine presse entretient une polémique, en s’appuyant souvent sur des informations inexactes.

Cette saison 1981/1982 est ratée. Jean Vincent a sans doute sa part de responsabilité dans cet échec, mais comme l’écrivent les journalistes locaux : "...en football comme ailleurs, il faut un bouc-émissaire et la fonction en est presque inscrite dans le rôle d’entraîneur..."

Quoiqu’il en soit, Maître Jean Vincent a marqué de son empreinte de grand joueur international et de meneur d’hommes, le FC Nantes en 6 saisons, de 1976 à 1982.

Retrouvez les archives du Musée des Canaris >>>

Partenaires Principaux
SYNERGIE
Macron

Partenaires Officiels
Groupe AFD
PROGINOV
LNA
Préservation du Patrimoine
Flamino
Groupe Millet
Anvolia
Crédit Mutuel
ZEbet
Leclerc PĂ´le Sud
Nantes MĂ©tropole
×