11 mars 2021

''C'est une situation inédite pour tout le monde''

Tanguy FĂ©tiveau

Quelques jours après l'annonce d'une nouvelle interruption de la D2F, Tanguy Fétiveau, l'entraîneur de la formation jaune et verte, revient pour fcnantes.com sur ce sujet. Pour le technicien nantais, cette décision se doit d'être respectée. Il attend également de ses joueuses qu'elles soient prêtes le jour J, en cas de reprise. Entretien.

Tanguy, la joie de la reprise annoncée mi-février n'aura été que de courte durée...

Tanguy FÉTIVEAU : "Forcément, si on se regarde, seul, dans notre pratique, la joie a été de courte durée. Nous étions tous ravis de reprendre, clubs de D2F et de N2 compris. Maintenant, s'il y a eu un nouveau recul, c'est qu'il existe des raisons qui nous dépassent et on se doit de respecter les décisions prises. On repart donc sur ce qu'on connaît cette année : de la patience et de l'incertitude. On attend, on travaille et il faudra être au rendez-vous quand ça reprendra."

Comment le groupe a réagi à ce revirement de situation et quel a été ton discours par rapport à ça ?

"Honnêtement, on n'en a pas trop parlé. Elles ont été déçues, forcément. On a été un peu plus "light" sur la séance suivant l'annonce. On préparait un match amical contre Guingamp et ça faisait longtemps qu'on n'avait pas joué. On avait aussi prévu des rencontre face à l'ASJ Soyaux-Charente et l'AS Saint-Étienne. On repartait vraiment sur une dynamique de préparation avec ces oppositions. La rencontre du week-end ayant été annulée, on n'a pas forcé. On a mis une petite parenthèse dans ce qu'on travaillait et on est resté sur des séances avec de l'intensité. Mais on n'a pas contraint les filles par rapport à la mauvaise nouvelle reçue."

On a notamment vu beaucoup d'incompréhension de la part des joueuses du championnat D2F, qui ont exprimé leur "mécontentement" si on peut le dire ainsi, alors qu'une compétition comme la Coupe de France masculine se poursuit, avec un protocole sanitaire identique...

"Tout le monde a le droit de réagir, bien sûr. Je ne maîtrise pas tout, je suis plus mesuré. Il y a forcément des raisons à tout ça. On peut les imaginer, notamment de par les droits TV par exemple et des compétitions qui doivent avoir lieu, d'autres qui ne sont pas soumises à ça. C'est là, toute la problématique des statuts. Le vrai combat, pour moi, c'est presque celui-là. Ça pose toujours la question de ce niveau D2, en France et de la reconnaissance qu'il a. Ce niveau a évolué depuis quelques années et je pense qu'on pourrait estimer, en voyant la pratique des joueuses, que c'est du haut niveau. Le débat, il est là. Que la compétition soit à nouveau repoussée, encore une fois, c'est que sur le plan sanitaire, il y a des choses à respecter."

Quid de l'organisation des séances ? On imagine que vous étiez dans cet esprit de retour à la compétition...

"Nous concernant, il n'y a pas eu de machine arrière d'effectuée puisque ce qu'on projette - et c'est d'ailleurs le but de cette année, se projeter -, c'est qu'en cas de reprise, tout va s'accélérer assez vite. Peut-être qu'on n'aura pas le temps qui était disponible pour jouer des matches amicaux. Malgré tout, il faudra que l'équipe soit plus prête que les autres à reprendre la compétition.
Personnellement, je ne serais pas surpris d'avoir peut-être de bonnes nouvelles dans quelques jours. Dans ce cas, ça ne sert à rien de revendiquer quelque chose. On se prépare."

Quel est le rôle de l’entraîneur, du staff en général dans une telle situation, inédite ? On fait de la psychologie et on travaille les aspects tactiques ?

"Oui, c'est inédit pour tout le monde. Il y a un peu de tout ça, effectivement. Il faut rester le guide qui va donner des objectifs face à ceux qu'elles perdent : la compétition, les matches, avoir sa place le week-end dans l'équipe... On a fait le choix fort d'axer le discours sur le travail, la progression cette année, avec un groupe qui répond bien. Ça, ça nous va. Là, parfois, par omission, il vaut mieux ne rien dire. On ne met pas vraiment le doigt sur la situation du moment et on reste concerné pour continuer à travailler avec une bonne dynamique."

Quelles sont tes attentes à présent pour ces prochains jours ?

"Je ne sais pas vraiment, c'est une pièce que je jette mais je fais le pari qu'on peut avoir des bonnes nouvelles assez vite. C'est un ressenti, par rapport à certains échos, etc... Maintenant, que ce soit le cas où non, ça ne changera rien. Je suis persuadé, convaincu, que la saison se terminera à un moment donné. Ce sera sur 10, sur 5 matches, ... Mais il faudra juste être là !"

Par M.G


Partenaires Principaux
Vivacy Macron

Partenaires Officiels
Shell Crédit Mutuel La Belle Equipe Charnel Fruits Minoterie Bourseau Vite Mon Marché AJP Immobilier Les Toits de Fred

×