Nantes en panne face à Gueugnon (0-0)

En match décalé de la 10e journée de Ligue 2, le FC Nantes a concédé le point du match nul à la lanterne rouge du championnat, Gueugnon, sur le score de 0-0. Le calendrier chargé des deux dernières semaines n'y est sans doute pas étranger...

C'est un Nantes en panne d'inspiration et visiblement de fraîcheur qui a concédé le point du match nul sur la marque  de 0-0 face à Gueugnon, jusqu'alors lanterne rouge du championnat. Devant tout de même plus de 19 500 supporters - malgré un horaire ingrat en pleine semaine -, les joueurs de Michel Der Zakarian n'ont jamais semblé en mesure de faire la différence face à une formation de Forgerons clairement venus pour obtenir ce résultat.
Organisés en 4-1-4-1, les joueurs d'Alain Ravera n'ont d'ailleurs jamais vraiment tenté d'aller défier Tony Heurtebis. Il faudra d'ailleurs attendre la seconde période pour voir des incursions forgeronnes : une frappe de Colleau contrée par Jean-Jacques Pierre (56') ; un tir lointain de Fayolle qui filait juste au-dessus du cadre (73') ; ou encore un corner relayé de la tête par Niflore sauvé sur sa ligne par le portier nantais (84')

Monsieur Grelot oublie un pénalty sur Bagayoko...

Pour le reste, les Bourguignons se contentaient de contenir les vagues répétées de Canaris et, dès lors que le jeu s'accélérait, de casser le rythme par d'incessantes fautes à bonne distance de leur zone de réparation. On regrettera sans doute le mutisme de Monsieur Grelot sur la faute de Genevois sur Bagayoko, dans la surface. Un pénalty qui aurait sans aucun doute eu le don de débrider la rencontre (35') Malgré la fatigue, quelques autres actions nantaises auraient aussi mérité un autre sort : une copie conforme du second but à Grenoble construite par Aurélien Capoue et Mamadou Bagayoko dont Thomas Dossevi ne pouvait reprendre le centre (11') ; cette reprise de Jean-Jacques Pierre sur corner et sauvée sur la ligne par un défenseur de Gueugnon (23') ;  une nouvelle lourde frappe d'Harlington Shereni contrée qui filait juste à gauche (45') ; ce face-à-face remporté par Peiser devant Thomas Dossevi (61') ; ou ces tentatives de Claudiu Keserü (83' et 94') Mais rien n'y faisait...
Un résultat qui ne fait pas les affaires de Nantais qui, s'ils restent en tête du championnat, manquent une belle opportunité pour faire le break avec leurs poursuivants. Il faudra rapidement se remettre de cette déconvenue. La 11e journée se profile déjà demain. Les Canaris bénéficieront tout de même de quelques jours de repos, leur déplacement à Dijon étant programmé lundi 8 octobre (20h30) 

Par F.C.