01 octobre 2021

''J'attends mes joueurs au tournant dimanche''

Antoine Kombouaré

Face aux médias ce vendredi midi, Antoine Kombouaré a fait le point avant la rencontre de dimanche après-midi (15h). Au Stade de La Beaujoire, les Jaune et Vert défieront l'ESTAC Troyes, dans le cadre de la 9ème journée de Ligue 1 Uber Eats. Retrouvez sa conférence de presse ci-dessous.



LE POINT SANTÉ

Antoine KOMBOUARÉ : "Fabio est toujours absent. J’espère que c’est le dernier match qu’il manquera. Il est convenu qu’il réintègre le groupe la semaine prochaine."

LE MATCH À REIMS

"Si on analyse bien, ce n’est pas le système qui fait un match et qui donne un résultat. C’est l’animation. Lorsqu’on a égalisé, on avait le même système que celui décidé au coup d’envoi. Par contre, j’ai fait une erreur parce qu’après l’égalisation, on est repassé en 4-2-3-1 voire un 4-4-2. Et au final, on a encaissé deux buts. Quand on gagne, c’est le système ? Lorsqu’on perd, c’est le système ? Peu importe le système mis en place, on a travaillé avant à l’entraînement avec les joueurs. Après, il faut voir notre état d’esprit et notre comportement en match. Sur cette rencontre à Reims, je pense qu’on a été un peu suffisant. La partie était fermée et on était attendu. Dans les statistiques, on était meilleur qu’eux dans tous les domaines mais on s’incline 3-1. Les jeunes rémois qui sont entrés ont apporté leur fraîcheur et je pense qu’on s’est reposé sur nos lauriers en pensant qu’on avait fait le plus dur. Je voulais gagner ce match, avec un 4-4-2 classique mais on a pris deux nouveaux buts.
Après, on n’a pas fait ce qu’il fallait pour le gagner et on s’est laissé endormir. On pensait que cette partie était à notre portée. On a joué en ayant le sentiment de maîtriser le jeu, l’adversaire, avant de céder en fin de match. Après, on sait qu’il y aura toujours des matches compliqués, que parfois les joueurs ne feront pas le match que j’attends d’eux… J’ai toujours dit que mon équipe était fragile. Là, c’était le troisième match en sept jours avec deux succès et inconsciemment, on n’a pas abordé cette partie de la meilleure des façons. Et on s’est fait punir."

LE SYSTÈME

"Tous les week-ends je vais changer. Et parfois ça marchera, d’autres fois non. Si vous avez envie de dire que c’est le système… Tous les gens qui pensent ça n’y connaissent rien au football. Je dis souvent aux joueurs qu’on peut jouer à 5 en défense et gagner des matches, parfois même avec deux défenseurs…
À l’entraînement, on fait en sorte que le système corresponde aux joueurs."

DES TRANSITIONS MOINS RAPIDES ?

"Peut-être qu’en face ils ont été meilleurs. Même si je ne sais pas si vous avez vu mais ils n’ont pas beaucoup attaqué et sont restés bien en place. Toute la semaine leur entraîneur, Oscar Garcia, avait prévenu qu’il fallait se méfier de nous et de nos contres. On a le sentiment d’avoir joué chez eux, d’avoir récupéré les ballons dans leur camp et on n’a peut-être pas eu beaucoup d’espaces. Il y a plein de raisons…"

REBONDIR DÈS DIMANCHE

"Le match de Reims est derrière nous et on espère rebondir dès dimanche en faisant un bon résultat face à Troyes. C’est vraiment ça le plus important : réagir. C’est une rencontre importante parce qu’on sera à la moitié de la phase aller. Donc ce sera intéressant de voir notre nombre de points et notre classement. Là, je pourrais dire si je suis content ou non.
Ce match est très important, afin de définir un peu notre rôle dans ce championnat. Sommes-nous capables de mieux ? Avons-nous des ambitions ? Pouvons-nous jouer au-dessus de la ligne médiane de notre championnat… ? Mais attention, je parle bien dans notre entame de saison. Si on ne parvient pas à gagner, c’est sûr qu’il faudra lutter et on sera en danger ensuite. Avec notre calendrier, notamment après la trêve de novembre, il vaut mieux engranger des points tout de suite."

DES BUTS ENCAISSÉS À CHAQUE MATCH SAUF FACE À METZ

"Oui et je vais même aller plus loin en disant que les trois buts encaissés à Reims me restent en travers de la gorge. Ça fait longtemps qu’on attend le clean-sheet. J’allais dire que c’est un peu le défaut de nos qualités. L’entraîneur que je suis aime jouer avec trois voire quatre attaquants. Il faut qu’ils défendent, qu’ils fassent les efforts défensifs. Et souvent, la remarque qu’on peut faire, c’est que pour gagner des matches, il faut être capable de bien défendre."

LA DÉFENSE

"Il n’y pas que les latéraux. Je pense aussi à l’axe et parfois même Alban (Lafont) qui peuvent mieux faire. C’est pour ça que lorsqu’on encaisse un but, on s’intéresse à la manière dont on a défendu collectivement, comment on travaille dans le repli défensif et comment on quadrille le terrain. Il faut faire le travail défensif.
Inversement aussi lorsqu’on ne marquait pas. Mais bon, aujourd’hui, on attend dimanche pour faire un premier bilan."

LES CRITIQUES ENVERS LES LATÉRAUX

"Mais c’est vous (les journalistes) qui faites les critiques. Oui, ils peuvent faire mieux mais ce qu’ils font, déjà, c’est pas mal. On joue régulièrement avec quatre attaquants et ils se retrouvent souvent en un contre un voir même en un contre deux et doivent compenser. On leur demande aussi beaucoup et ils doivent apporter offensivement. On n’a que deux milieux de terrain pour attaquer et défendre, et animer le jeu. Ils peuvent faire mieux mais il faut que les critiques soient constructives. Aujourd’hui, j’ai quatre très bons latéraux et la concurrence est là. Les joueurs s’adaptent. C’est pour cette raison que je suis tout de même content d’eux."

UNE ÉQUIPE QUI PEUT JOUER PLUS HAUT AU CLASSEMENT ?

"Oui, on l’est. On doit se donner les moyens. Une fois qu’on l’a dit… Mais est-ce qu’on est capables de se donner les moyens ? Ça, je n’en suis pas sûr. C’est pour ça que je n’ai pas aimé la mentalité affichée à Reims. On a été défaillant mentalement. On pouvait revenir avec un autre résultat de ce déplacement mais on a n’a pas fait ce qu’il fallait."

LE TRAVAIL AU QUOTIDIEN

"Notre travail, c’est de toujours mettre les joueurs dans la situation où ils ont l’impression que le match joué, peut faire basculer. On doit avec le sentiment de jouer un match comme si c’était le dernier. Comme face à Toulouse par exemple. Et ce n’est pas ce que j’ai ressenti face à Reims. Il faut bien se dire que les matches à venir sont vitaux pour la suite. Mais je peux comprendre ce qu’il se passe aujourd’hui dans la tête des joueurs après ce qu’ils ont vécu l’an passé. Mais au moindre relâchement, on le paie cash. Parce qu’on est encore fragile. L’équipe doit être concernée."

LES ATTENTES POUR DIMANCHE

"Ce que j’attends de mes joueurs, c’est une réaction par rapport à ce qu’on a montré la semaine dernière. Je veux voir autre chose et j’attends mes joueurs au tournant. Après, il y a le résultat mais aussi la manière. Face à Lyon et Nice par exemple, j’étais déçu du résultat mais j’ai dit aux joueurs dans le vestiaire que j’avais vu une équipe qui en voulait… Il y a le résultat mais surtout le comportement qu’on aura sur le terrain."


FC Nantes - ESTAC Troyes

9ème journée de Ligue 1 Uber Eats
Dimanche 3 octobre, 15h
Stade de La Beaujoire


Par M.G, J.J & P.B


Partenaires Principaux
SYNERGIE
Macron

Partenaires Officiels
Groupe AFD
PROGINOV
LNA
Préservation du Patrimoine
Flamino
Groupe Millet
Anvolia
Crédit Mutuel
Univers City Immo
Nantes Métropole
×