16 mars 2022

Les Canaris dans le carré d’as

Histoire et Patrimoine raconte...

Le 19 mars 1980, juste après avoir été éliminés de la Coupe de France par le LOSC, les Canaris se préparent à l’un des plus importants matchs de leur Histoire. L’enjeu : faire partie des 4 meilleures équipes européennes.

Pour cela, il faut battre le Dynamo de Moscou ; tout du moins, concrétiser le résultat du match aller, gagné à l’extérieur 2 buts à 0. Il y a pire comme situation sportive.

Pour cette rencontre de gala au stade Marcel Saupin, l’entraîneur nantais, Jean Vincent, a préparé ses troupes pour jouer à la cosaque, et empêcher les assauts des hommes venus de l’Est.

Remonter deux buts en Coupe d’Europe, c’est normalement difficile à effectuer.

Les supporters nantais découvrent que, pour le Dynamo de Moscou, ce n’est pas un souci : après quarante minutes de jeu, au stade Marcel Saupin, c’est chose faite pour les Moscovites (2 à 2 sur l’ensemble des rencontres). Les Russes sont plus tranchants, même si l’occupation du terrain est équilibrée. Coup dur pour les Canaris qui doivent remettre les compteurs à zéro.

Dommage pour des Nantais qui ont réussi leur oral au match aller, et qui loupe leur écrit au match retour, qui plus est sur leur terrain.

En tribunes et devant leur TV, c’est le constat de dépit des observateurs, jusqu’à la 42ème minute de la première période.

Car, quand le Capitaine Michel sonne la révolte, à trois minutes de la mi-temps, par une reprise de demi-volée dans la lucarne russe, les ailes des Canaris se redéplient.

Ce quart de finale européen demeure un match de très haut niveau, dans lequel aucun des adversaires ne cède une once de terrain.

La deuxième mi-temps s’annonce chaude, très chaude. Tout le monde pense que les Moscovites seront les plus entreprenants.

Que nenni ! Les Jaune et Vert, pleins de maturité, donnent du fil à retordre au gardien soviétique.

Et c’est par l’intermédiaire d’un jeune joker venant du banc de touche, et formé au biberon nantais, José Touré, que le score évolue à 2-2 (4-2 sur l’ensemble des 2 rencontres). Avec le score du match aller, les Moscovites doivent marquer encore deux fois pour se qualifier.

A trois minutes de la fin des hostilités sur un terrain boueux, les Russes marquent (2-3). Le suspense est à son comble. Le stress des supporters est dans la zone rouge. Mais l’émotion l’emporte quand les Nantais, conservant le ballon coûte que coûte, préservent ce résultat.

Cette défaite est synonyme de victoire : le FC Nantes est en demi-finale de Coupe d’Europe pour la première fois de sa grande Histoire !

<< Retrouvez nos achives

Par P.L.


Partenaires Principaux
SYNERGIE
Macron

Partenaires Officiels
Groupe AFD
PROGINOV
LNA
Préservation du Patrimoine
Flamino
Groupe Millet
Anvolia
Crédit Mutuel
ZEbet
Leclerc PĂ´le Sud
Nantes MĂ©tropole
×