02 novembre 2007

Nantes arrache les trois points (2-1)

Le FC Nantes s'est imposé face à Ajaccio sur le score de 2-1, en 14e journée de Ligue 2. Menés 1-0 à la pause, les joueurs de Michel Der Zakarian, poussés par un public nombreux, ont su revenir sur la pelouse avec des intentions renouvelées. David De Freitas puis Nicolas Goussé permettaient ainsi aux leurs de garder la tête du championnat.

Que ce fut dur ! Certains diront même que Nantes s'en sort bien. Face à une solide et accrocheuse formation d'Ajaccio organisée en 5-4-1, les hommes de Michel Der Zakarian ont dû batailler ferme pour l'emporter. Car, contre toute attente, cette rencontre de la 14e journée commençait plutôt mal pour les Canaris. Car si Thomas Dossevi manquait de peu le cadre sur un centre en retrait d'Olivier Thomas (3'), ce sont les Corses qui contrôlaient la partie en opposant une véritable muraille azure face aux velléités locales.
Et c'est Mandrichi qui obligeait Tony Heurtebis à se détendre pour détourner en corner un coup-franc détourné par son mur (13') Nantes tombait alors dans le faux rythme imposé par les joueurs de Gernot Rohr et se trouvaient surpris quand Darbion s'avançait à vingt mètres pour placer une frappe magistrale qui allait se loger dans la lucarne gauche du portier nantais : 0-1 (23') La douche froide pour les près de 28 000 personnes venues supporter leur équipe.

David De Freitas, deux buts en deux matches

Et l'addition aurait pu être plus salée, avant même le retour aux vestiaires. Rémi Maréval privait ainsi Mangani d'un ballon au point de penalty (28') et Mandrichi ne trouvant fort heureusement que l'arrête de la transversale sur une lourde frappe lobbée en conclusion d'un contre à droite (36')
Mais dès après la pause, les intentions nantaises - sans doute boostées par un discours "appuyé" de Michel Der Zakarian dans le vestiaire - s'en trouvaient renouvelées et plus conformes à l'attente du public. Rémi Maréval adressait ainsi un centre au premier poteau pour la tête de Nicolas Goussé qui échouait sur un bon Debes (46') Auteur de l'unique but à Niort, David De Freitas, lancé dans la profondeur par Marek Heinz, ramenait les deux formations à égalité : 1-1 (57') Piqués au vif, les Corses durcissaient la rencontre, mais les Nantais poursuivaient leurs vagues incessantes. Marek Heinz (61'), Nicolas Goussé (70') puis Frédéric Da Rocha (78') étaient ainsi tout proches de doubler la mise. Sans parler de cette main pourtant évidente de Collin dans la surface... qui vaudra un carton jaune à Olivier Thomas, sans doute mécontent de la décision de monsieur Djouzi, on le comprend (71')
Et sur un nouveau corner insulaire, les Canaris auraient pu être surpris par une tête de Fournier qui échouait sur la transversale ! (84') C'est alors le capitaine Frédéric Da Rocha qui faisait la différence en expédiant un ballon millimétré pour la reprise de Nicolas Goussé qui trompait Debes : 2-1 (90') Sur le fil ! D'autant plus sur le fil que Tony Heurtebis devait s'employer pour repousser une nouvelle frappe lointaine (92'). Nantes s'imposait tout de même et imposait sa cadence infernale à ses poursuivants, Bastia étant désormais à onze longueurs, avec un match en retard, il est vrai. Il faudra maintenant rapidement se remettre des efforts consentis avant un difficile déplacement à Boulogne, dès lundi, pour le compte de la 15e journée de Ligue 2. 

Par F.C.