8 novembre 2008

FC Nantes 1-1 Toulouse : Des efforts pas récompensés

En net progrès. C'est ce qu'il faut retenir de la prestation des Nantais face à une solide équipe de Toulouse. Malgré le nul concédé, les joueurs d'Elie Baup ont fait plaisir à leur public. Guillaume Moullec ouvrait ainsi la marque dès la cinquième minute de jeu, Gignac ramenant les deux formations à égalité, un peu moins d'un quart d'heure plus tard. Un résultat qui ne fait pas les affaires des Nantais, après les victoires de Sochaux et Le Havre.

Ils ont tenté. Beaucoup. Les joueurs d'Elie Baup avaient pris ce match de la 13ème journée face à Toulouse par le bon bout. Ils avaient même ouvert la marque rapidement, par Guillaume Moullec. Bien servi par une malicieuse déviation de la tête dans la surface, le latéral droit fusillait Carrasso d'une somptueuse reprise du droit : 1-0 (5'). Ca s'annonçait plutôt bien. D'autant que les Nantais avaient la maîtrise du ballon et que Toulouse semblait replié dans son camp.
Mais sur une construction des joueurs d'Alain Casanova, Sirieix frappait à l'angle gauche de la surface. Si Alonzo repoussait d'une belle parade, Gignac se présentait plein axe pour reprendre : 1-1 (19'). On regrettera toutefois que l'attaquant toulousain ait été hors jeu au début de l'action...

Il y a quelques temps, cette égalisation aurait assommé les Nantais. Mais là, les coéquipiers de Frédéric Da Rocha reprenaient la maîtrise de la partie. Gravgaard (26'), Moullec (29') ou encore N'Daw étaient bien proche de redonner l'avantage avant la pause. Comme Paulo Cesar, d'ailleurs, empêché par une belle parade d'Alonzo (45').
Mais ce qui marquait surtout le public de la Beaujoire, ce sont les velléités nantaises qui faisaient plaisir à voir. Nantes poussait et Nantes construisait. Le retour en forme de Rémi Maréval, le rayonnement de Ricardo Faty, Frédéric Da Rocha et Mamadou Bagayoko - pour ne citer qu'eux ! - n'y était sans doute pas pour rien.

La deuxième période se présentait sous les mêmes auspices. Nantes poussait, encore, et encore. Toulouse était au bord du KO. Sur les coups de pieds arrêtés, les onze "Violets" étaient retranchés dans leur surface de réparation ! Les occasions les plus franches sont à mettre au crédit de Christian Bekamenga dont la tête file juste au-dessus de la transversale (72') ou encore le coup franc de Claudiu Keserü, juste à gauche du but de Carrasso (80').
Nantes devait concéder son deuxième match nul consécutif. Mais face au quatrième du championnat.

Reste que les victoires du Havre et de Sochaux plongent les Nantais dans l'inquiétude. Dix-septièmes au soir de la première partie de cette 13e journée, les supporters nantais auront très probablement un oeil attentif sur les rencontres Nancy - Valenciennes et Saint-Etienne - Rennes.

Par F.C. - Photos fcnantes.com