15 janvier 2009

Jérôme Alonzo veut déjouer les pronostics

Après un retour gagnant en championnat à Monaco, le FC Nantes aura la difficile tâche d'accueillir Bordeaux, impressionnant depuis quelques semaines. Pour autant, Jérôme Alonzo souhaite s'appuyer sur les bonnes prestations réalisées face autres ténors de la Ligue 1.

Vous êtes à 48h d'un match face à Bordeaux...
Jérôme Alonzo :
Oui, c'est une ambiance étrange... Il y a de nombreux journalistes, comme si on était cinquièmes... Mais nous ne sommes que quinzièmes, et nous allons jouer Bordeaux avec quatre titulaires sur le flanc. On parle de nous parce que nous venons de battre Monaco, mais nous avons encore vingt points à prendre.

Cette effervescence peut-elle déstabiliser le groupe ?
Jérôme Alonzo :
Non. Encore une fois, nous sommes quinzièmes. Ce qui peut nous déséquilibrer, c'est l'absence de Frédéric Da Rocha, notre maître à jouer, ou celles de Mamadou Bagayoko et Ibrahim Tall qui revenait au meilleur de sa forme. Déjà, rien que ces trois là !

Jouer les ténors du championnat vous réussit plutôt pas mal...
Jérôme Alonzo :
Oui. Nous avions fait un bon match à Paris, même si le résultat n'y était pas. Marseille avec un bon nul et la victoire face à Lyon. Mais Bordeaux, là, c'est du très lourd ! Maintenant, il n'y a pas de règle. On va tout faire pour faire honneur au maillot.

Comment battre Bordeaux ?
Jérôme Alonzo :
Ils peuvent être dans un soir sans ! On a vu qu'ils ont aussi des pics de méforme. Sinon, il faudra s'arque-bouter et peut-être les prendre en revers.

C'est un match qui peut tourner à la catastrophe ?
Jérôme Alonzo :
Nous sommes prévenus. Paris n'y allait pas pour en prendre quatre. Nous serons très humbles. Il faudra faire le dos rond. Si on prend un point, il n'y aura pas à rougir. Après, regardez, contre Lyon. A la mi-temps, on est morts. Et on revient ! Il n'y a pas de pronostic. Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'on va se battre.

Quelques mots sur Gourcuff ?
Jérôme Alonzo :
C'est un petit génie. Il a tout pour être le successeur. C'est un gamin bien sous tout rapport. Je lui souhaite une grande carrière. Si ça pouvait commencer lundi... (rire). Après, qu'est-ce qu'on peut faire contre le génie. Comme je l'ai dit, on est prévenus.

Par Propos recueillis par F.C. - Crédit photos fcnantes.com